Archives

Centre Hospitalier Universitaire Hassan II de Fès : Un CHU nouvelle génération

Doctinews N° 33 Mai 2011

Pour mettre fin aux déséquilibres entre les différentes régions marocaines en termes d’offre de soins et de services de santé, le ministère de la Santé a lancé une nouvelle génération de CHU dont le premier est celui de Fès, les autres étant prévus à Oujda, Tanger et Agadir.

Khalid-At-Taleb Khalid Aït Taleb

Le nouveau CHU Hassan II de Fès a permis de répondre à une grande partie de la demande de soins de la région.

Les travaux de construction du CHU Hassan II de Fès ont démarré fin novembre 2001 et c’est en janvier 2009 que le nouveau complexe hospitalier a été inauguré par SM le Roi Mohammed VI. Cet édifice sanitaire, prévu pour répondre aux besoins de plus de quatre millions d’habitants (Régions Fès Boulemane, Meknès-Tafilalet et Taza-Al Hoceima-Taounate), a pour objectif d’améliorer le taux de couverture médicale de cette population et de décongestionner les structures sanitaires déjà existantes dans ces régions.
En plus des anciennes structures hospitalières, en l’occurrence l’hôpital Omar Drissi et l’hôpital psychiatrique Ibn Al Hassan, le CHU de Fès se compose d’un hôpital des spécialités, d’un hôpital mère-enfant, d’un hôpital d’oncologie et de médecine nucléaire, d’un laboratoire central d’analyses médicales et d’un centre de consultations externes.
Le matériel médical haut de gamme dont est doté le CHU Hassan II (pharmacie avec gestion informatisée et automatisée des médicaments, blocs opératoires multimédias avec télémédecine, appareils de radiologie sophistiqués…) permet d’offrir aux patients les meilleurs soins et de garantir aux étudiants et aux stagiaires un cadre d’apprentissage adéquat.
En créant le CHU de Fès, le ministère de la Santé a également voulu relever les défis en matière de formation de cadres de santé et de soins hautement spécialisés et mettre en place un pôle de développement sanitaire et médical (offre de soins, formation et recherche). En effet, outre la dispense de soins médicaux, le CHU de Fès a pour mission de conduire des travaux de recherche médicale dans le strict respect de l’intégrité physique et morale et de la dignité des malades et de participer à l’enseignement clinique universitaire et post-universitaire médical et pharmaceutique ainsi qu’à la formation du personnel paramédical.

Les réalisations de 2010
Depuis sa création, le CHU Hassan II ne cesse de déployer des efforts pour relever le niveau de la médecine dans la région Fès-Boulemane et développer certains pôles d’excellence. C’est ainsi qu’il se distingue en abritant des interventions chirurgicales délicates, notamment des transplantations rénales à partir de donneurs vivants (les premières ont démarré en novembre 2010), le pontages aorto-coronaire à cœur battant effectué en collaboration avec une équipe de chirurgiens américains, la thrombolyses des accidents vasculaires cérébraux pour les patients atteints d’hémiplégie d’origine vasculaire et la thrombolyse des infarctus de myocarde et des opérations à cœur ouvert avec double remplacement valvulaire suivi d’une plastie tricuspidienne (en avril 2010), le remplacement de la mandibule, un os impair formant la mâchoire inférieure, par un greffon vascularisé du péroné (en mars 2010) et même la réimplantation d’une verge entièrement mutilée (en octobre 2010) et bien d’autres interventions. Durant l’année 2009 d’importantes réalisations y ont également eu lieu parmi lesquelles la première opération d’exérèse totale de tumeur maligne et d’implantation d’une prothèse de l’épaule et le premier transfert de péroné vascularisé en remplacement d’un tibia controlatéral détruit par l’ostéomyélite (novembre 2009) ainsi que le démarrage, en août 2009, des premières greffes de cornée et d’implantations cochléaires au profit d’enfants souffrant de surdité totale.

Un plan d’action prometteur
Pour consolider l’infrastructure sanitaire au niveau de la région Fès-Boulemane, plusieurs projets médicaux sont prévus au CHU Hassan II. Ainsi, en plus du Centre de référence en autisme (CRA) et de l’hôpital oncologique dont l’ouverture est imminente, une unité de traitement des thalassémiques et un centre de traitement des mouvements anormaux ainsi qu’un nouveau centre d’addictologie sont programmés dans un très proche avenir.
Le plan d’action 2011 du CHU décline sa stratégie globale en six axes, à savoir l’amélioration de la qualité de la prise en charge des patients, le renforcement de l’offre tertiaire de soins et l’amélioration de la gouvernance, le renforcement de l’hygiène hospitalière, la modernisation des outils de gestion et le développement du professionnalisme, la mise en place d’une politique environnementale et de développement durable et, enfin, la promotion de la formation et de la recherche. à travers cette stratégie, le centre mise, entre autres, à augmenter la disponibilité des médicaments et des dispositifs médicaux et à renforcer l’humanisation de ses services.
La dimension environnementale n’a pas été omise, puisque les responsables du CHU de Fès s’évertuent à certifier les prestations ayant un impact sur la sauvegarde de son environnement et à renforcer le traitement des déchets hospitaliers. En outre, un plan de développement durable tenant compte des dimensions économique, sociale et écologique a également été inscrit dans la stratégie 2011 du CHU. Dans le cadre de la promotion de la formation et de la recherche, des études en fonction des besoins des services et des orientations stratégiques ainsi que des études de surveillance et de contrôle des infections nosocomiales seront mises en place cette année. De plus, les résultats obtenus dans les différentes études seront déclinés en termes de programmes de prévention.

Le CHU Hassan de Fès en chiffres

880 lits répartis dans 42 services
- 430 lits pour les spécialités chirurgicales,
- 350 lits pour les spécialités médicales,
- 65 lits pour la réanimation,
- 35 places pour les urgences et le SAMU.

28 salles opératoires

- 2 salles opératoires multimédias équipées de télémédecine (liaison par FO avec salle de conférence au niveau de la faculté de médecine),
- 3 salles opératoires pour les urgences,
- 14 salles opératoires pour les différentes spécialités (traumatologie CCV, NCH, VX, greffe, traumato viscérale, thoracique, ORL, URO…).

Surface couverte : 78 102 m2.
surface totale : 12 ha.
Coût global : 1, 200 milliard de DH.

Le mot du Pr Khalid Aït Taleb, directeur du CHU Hassan II de Fès

Le Centre Hospitalier Universitaire Hassan II de Fès s’aligne sur la politique nationale de régionalisation de l’offre de soins. De ce fait, il corrobore parfaitement la dimension de la régionalisation avancée prônée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu l’Assiste et le Glorifie.
Depuis sa création, le CHU Hassan II a commencé à drainer plus d’une région dépassant ainsi le cadre régional et couvrant les cadres interrégional et national, ce qui a permis de renforcer quantitativement et qualitativement l’offre de soins au niveau de la Région et de soulager les hôpitaux des régions avoisinantes.
Par ailleurs, de par la relation indissociable qui lie le Centre à la Faculté de médecine et de pharmacie de Fès, le CHU Hassan II constitue une plate-forme de formation et d’apprentissage pratique des élèves médecins et des médecins en formation spécialisée. Cette relation interdépendante qui permet, en outre, le partage et l’optimisation des ressources humaines et des compétences, place de ce fait les enseignants de la Faculté au même titre que les médecins exerçant au sein du CHU.
D’un autre côté, nul ne peut nier l’apport des NTIC dans l’amélioration des pratiques médicales et de la qualité des soins prodigués. C’est ainsi que le nouveau complexe hospitalo-universitaire a su profiter des avancées enregistrées dans le domaine des nouvelles technologies d’information et de communication par la modernisation du plateau technique (au niveau des bloc opératoire, parc radiologique, explorations fonctionnelles, laboratoire, etc.), le développement des outils d’enseignement et de formation à distance (salles opératoires multimédia), l’automatisation et l’informatisation de la gestion et de la distribution des médicaments, le redéploiement et l’optimisation de la gestion des ressources humaines et financières ainsi que l’implantation du système d’information hospitalier (SIH) permettant de gérer les flux communicationnels et d’optimiser la gestion de l’information médicale. Cet outil qui permet, entre autres, d’évaluer la performance hospitalière, constitue un outil qualitatif et statistique fiable de management et de prise de décision.ww


Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.