Posturologie

Posturologie 11 juillet 2018

Une médecine d’avenir

La posturologie est une science multidisciplinaire qui s’intéresse aux pathologies fonctionnelles. Elle fait partie des neurosciences et de la neuro-ophtalmologie et agit sur le syndrome de déficience posturale.

 Doctinews N°114 octobre 2018


 Avec la collaboration du Pr Jaafar Drissi Daoudi

 Ophtalmo-posturologue, diplômé en posturologie clinique (Marseille), président du 8e congrès de l’Association marocaine de strabologie et d’ophtalmologie pédiatrique dédié à la posturologie clinique et aux troubles d’apprentissage


 

L
a posture est un acte moteur automatique et inconscient qui permet à l'Homme d'adopter une position érigée. Il s’agit d’un processus actif qui élabore et maintient la configuration des différents segments du corps dans l'espace. Le système postural est ainsi constitué de capteurs qui transmettent des informations sensorielles au cerveau. Ces capteurs, appelés également « entrées posturales », sont essentiellement les capteurs proprioceptifs existants dans tous les muscles et les ligaments constituant la proprioception au sens premier, mais également l’œil, l’appareil manducateur, l’oreille interne et la surface plantaire.

Syndrome de déficience posturale

La posturologie s’intéresse à ces différentes entrées posturales. Elle étudie en outre le système de régulation de la posture, sa stabilité et son orientation. A travers différentes techniques thérapeutiques, elle permet de corriger les dysfonctionnements des organes en agissant sur la proprioception (ensemble composé d’organes sensoriels, de faisceaux nerveux, du système de régulation et d’effecteurs musculaires permettant de maintenir le corps en équilibre ou de le préparer à un mouvement). Ainsi, selon les adeptes de cette approche thérapeutique, il est possible de remédier à l’ensemble des dysfonctionnements posturaux qui constituent le « Syndrome de déficience posturale ». Ce syndrome a été décrit pour la première fois en 1979 par Martins da Cunha, spécialiste en rééducation fonctionnelle, qui a défini cette affection comme étant « l’ensemble de signes cliniques dus à une altération de l’équilibre tonique, oculaire et postural secondaire à un déficit affectant le système d’information proprioceptive et le système d’information visuelle ».

Des symptômes physiques et cognitifs

Ce syndrome est caractérisé par un ensemble de symptômes cliniques, notamment une sensation de vertige et de déséquilibre. Le patient atteint de ce syndrome peut également présenter des troubles de la précision gestuelle, des asymétries de la posture orthostatique, des céphalées, des tensions dans le dos ou les mâchoires, des douleurs dans la colonne vertébrale, des douleurs articulaires, des lombalgies chroniques, des sciatalgies récurrentes et des hernies discales. D’autres signes cliniques sont associés au syndrome de déficience posturale : l Cervicalgies avec torticolis récidivants et blessures musculaires récidivantes ; l Entorses récidivantes, épines irritatives calcanéennes ; l Scolioses ; l Troubles visuels ; l Déficit de la concentration, de la coordination comme des maladresses ou manque de précision, fatigue, sensation de manque d’énergie. Outre les signes physiques, le syndrome de déficit postural peut être associé à des dysfonctions cognitives, notamment chez l’enfant, et être lié à des troubles d’apprentissage tels que la dyslexie et la dyspraxie.

Des techniques de diagnostic variées

La variété des symptômes cliniques associés au syndrome de déficit postural révèle l’ampleur de l’impact du déséquilibre postural sur l’ensemble de l’organisme. Ainsi, selon les adeptes de la posturologie, une sciatique peut être due à une perturbation des capteurs posturaux au niveau de l’appareil manducateur (manque de dents par exemple) ! Auquel cas, son traitement fonctionnel passerait par la réimplantation harmonieuse des dents manquantes. Mais avant d’évoquer un déficit postural, il est d’abord nécessaire d’éliminer toutes les autres causes organiques pouvant être à l’origine des symptômes. Le patient doit donc subir les examens médicaux d’usage (bilans biologiques, examen clinique…). Lorsque les autres étiologies sont éliminées, le praticien peut alors entamer la démarche diagnostique. Celle-ci est réalisée en plusieurs étapes selon un arbre décisionnel permettant d’orienter la prise en charge en fonction du type de trouble postural et des capteurs posturaux perturbés incriminés. Le posturologue analyse notamment le tonus musculaire du corps et l’articulé dentaire et examine la convergence oculaire et la démarche du patient. Il a aussi recours à des techniques paracliniques (podométrie, stabilométrie, bilan morphostatique…) qui permettent d’étudier les capteurs perturbant le système postural et de déterminer ceux impliqués dans le déséquilibre postural dont souffre le patient.

Reprogrammer le système postura

Une fois le diagnostic établi, le posturologue peut alors démarrer le traitement. L’objectif de la démarche thérapeutique est de reprogrammer le système postural en modifiant les informations transmises aux entrées posturales. Les techniques thérapeutiques peuvent varier en fonction des troubles. Les plus utilisées sont : l Les lunettes à prisme de faible puissance : elles modifient les récepteurs proprioceptifs des muscles oculomoteurs et entrainent un changement postural (en quelques minutes seulement). l Les semelles de posture : très fines (1 à 4 millimètres), elles permettent de moduler les appuis au sol et ont une action sur l’étirement des fuseaux neuromusculaires, ce qui favorise la réaction posturale, surtout au niveau de la partie basse des chaînes proprioceptives. l Le praticien peut également effectuer des manipulations de l’appareil manducateur ou l’adjonction de micro stimulations orales (gouttières ou Alphs) pour favoriser la réponse globale au traitement. Outre ces techniques, le posturologue incite son patient à pratiquer des exercices musculaires particuliers. Pour renforcer l’effet du traitement, il travaille en étroite collaboration avec les autres spécialistes impliqués dans la prise en charge des personnes présentant un déséquilibre postural. A titre d’exemple, un ophtalmologiste prenant en charge un enfant dyslexique devra impérativement adresser son patient à un orthophoniste. La collaboration multidisciplinaire permet ainsi d’optimiser la prise en charge des patients et favorise la réponse aux différents traitements prescrits.

Dans la même rubrique

Pédiculose du cuir chevelu

Pédiculose du cuir chevelu

 Pédiculose du cuir chevelu

Affection fréquente et bénigne, la pédiculose du cuir chevelu est une infestation parasitaire due au pediculu...

Lire la suite

Réaction de Maillard

Réaction de Maillard

La rencontre entre le sucre et les protéines

La première publication relative à la réaction de Maillard, connue dans le monde médical sou...

Lire la suite

Posturologie

Posturologie

Une médecine d’avenir

La posturologie est une science multidisciplinaire qui s’intéresse aux pathologies fonctionnelles. Elle fait parti...

Lire la suite

Dysgraphie

Dysgraphie

Le rôle central du psychomotricien

La dysgraphie est un trouble fonctionnel durable et persistant caractérisé par une difficulté à accomp...

Lire la suite

Galénique

Galénique

 Une science en constante évolution

La pharmacie galénique est une science au service de l’optimisation de la qualité du médicament et ...

Lire la suite

Vertiges et troubles de l'équilibre

Vertiges et troubles de l'équilibre

La voie de la rééducation vestibulaire

La rééducation vestibulaire est un ensemble de techniques thérapeutiques qui s’adressent aux per...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.