ORTHODONTIE

ORTHODONTIE 10 janvier 2019

 QUELS EFFETS POSITIFS SUR LA SANTÉ GÉNÉRALE ?

Les corrections des malformations dento-squelettiques s’apprécient fortement au niveau de la santé générale lorsque les dysfonctions sont prises en compte et que la croissance dentofaciale s’harmonise. En effet, l’éducation des patients notamment à la respiration nasale permet, en parallèle du traitement mécanique, une amélioration du bien-être respiratoire et masticatoire, le redressement de la posture, une meilleure santé générale et psychologique, une meilleure qualité du sommeil, et elle a des répercussions positives sur la scolarité et les activités diurnes, ainsi que sur la prévention des maladies cardiovasculaires à long terme. Dans ce domaine, l’orthodontiste joue un rôle majeur dans le cadre d’une prise en charge pluridisciplinaire associant le pédiatre, le médecin ORL et même le posturologue.

Doctinews N°117 JANVIER 2019


Par le Dr Salwa
BENCHEKROUN

Orthodontiste, Thérapie holistique, Ex Enseignante à la Faculté de médecine dentaire de Casablanca, Membre titulaire de la Société française d’orthopédie dento-faciale


 

 orthodontiste rencontre dans sa pratique quotidienne la problématique importante de la respiration buccale surtout chez les patients en cours de croissance, enfants et adolescents, mais aussi, dans une certaine mesure, chez les adultes. Il s’avère que de plus en plus de patients respirent par la bouche. Et cela pourrait avoir plusieurs origines parmi lesquelles les déviations nasales, les obstacles anatomiques (amygdales, végétations adénoidiennes hypertrophiées…) ou encore la pollution grandissante qui provoque une inflammation nasopharyngée ou de l’asthme. Parfois, l’habitude s’installe après avoir contracté un simple rhume. La bouche devient donc l’organe de la respiration, sauf qu’elle n’est qu’une voie de secours, de suppléance pour la survie.

RESPIRATION BUCCALE ET CROISSANCE DENTOMAXILLO FACIALE

Chez l’enfant ou l’adolescent, l’ouverture buccale qui permet de laisser passer l’air va perturber la croissance du massif dento-maxillofacial. Souvent, il n’y a plus de contacts inter-dentaires, la langue est basse et ne joue plus son rôle morphogénétique sur le maxillaire supérieur. Cela peut aboutir au surdéveloppement antéropostérieur du maxillaire supérieur et à son insuffisance au niveau transversal. Dans d’autres cas de position basse et antérieure de la langue, il peut se produire un excès de croissance mandibulaire responsable des prognathismes. Ces déformations s’accompagnent la plupart du temps par une croissance verticale importante donnant ainsi des faces longues. Ces dernières sont à l’origine d’incompétence labiale qui maintient à son tour l’ouverture buccale et favorise le passage de l’air par la bouche (parce que c’est plus facile). Ainsi, un cycle vertueux s’installe entre une mauvaise direction de la croissance dentomaxillo- faciale et la respiration buccale.

IMPACTS SUR LA SANTÉ

Les conséquences majeures de ces troubles morpho-fonctionnels sont l’apnée du sommeil qui se traduit par une mauvaise qualité du sommeil, la somnolence pendant la journée et une productivité en baisse. Les complications peuvent être encore plus importantes avec le temps. Ainsi, certains patients présentent des défaillances de la posture, les dents étant les capteurs de l’équilibre du haut du corps aux côtés des yeux et de l’oreille interne tandis que les pieds le sont pour le bas du corps. Il peut se produire également des cervicalgies dues à la déglutition atypique, des acouphènes et des vertiges, des tensions unilatérales du cou, des algodystrophies scapulaires, des sciatiques ou tendinites des genoux et/ou des chevilles ou encore des déformations des pieds à cause des déviations mandibulaires. Le bassin peut se déplacer par compensation d’une malocclusion provoquant la fausse jambe courte. Des maux de tête, des névralgies faciales ou même des migraines peuvent aussi être dus aux malocclusions. Avec le temps, des complications plus graves peuvent s’installer telles que des problèmes cardiaques, une hypertension artérielle, une prise de poids, des accidents vasculaires cérébraux, l’absence de vigilance, des problèmes psychologiques et des troubles du comportement.

PRISE EN CHARGE

Le rôle des professionnels de la santé consiste donc à travailler dans le cadre d’une prise en charge globale afin d’orienter correctement la croissance dento-maxillo-faciale tout en améliorant la santé générale.

Prise en charge orthodontique

L’orthodontiste agit en fonction du stade où il reçoit le patient, mais le plus tôt est mieux car cela permet d’intercepter la dysfonction au plus vite pour ne pas laisser les malformations dento-squelettiques apparaitre. Il est important, pour cela, d’éduquer les patients à une hygiène nasale quotidienne et de prescrire une rééducation si nécessaire car un nez qui ne fonctionne plus correctement (en dehors des obstacles anatomiques qui seront adressés aux ORL) est capable de récupérer. Aujourd’hui, il est ainsi démontré par l’imagerie médicale et les neurosciences que le cerveau possède des propriétés de neuroplasticité et donc d’adaptation permettant aux fonctions de suppléer aux circuits neuronaux défectueux. Ensuite, il lui faut mettre l’enfant dans des conditions où la croissance va s’exprimer sans contrainte étant donné que les forces linguales et occlusales jouent un rôle essentiel dans le développement expansif de l’ensemble maxillaire. Si l’orthodontiste reçoit le patient à un stade avancé où les malformations sont déjà en place, il faut alors corriger la position des structures dento-maxillaires en plus de la rééducation afin de favoriser un environnement en adéquation avec les fonctions (pour sortir du cercle vertueux ventilation buccale/mauvaise direction de croissance) et permettre une harmonisation faciale ainsi que participer à la bonne santé générale.

Prise en charge pluridisciplinaire

Il est important de noter que la prévention des complications plus ou moins graves dues aux malformations dentosquelettiques nécessite un travail collaboratif. Les pédiatres, qui sont à même de voir les enfants très tôt, peuvent contribuer à l’éducation des parents et des enfants à une hygiène nasale quotidienne et à l’installation d’habitudes alimentaires efficaces. Ainsi, chez le nourrisson, il faut favoriser la tétée orthostatique qui est à même d’aider à corriger le prognathisme naturel à la naissance. Il faut également conseiller expressément aux mamans de proposer une alimentation avec des morceaux dès l’arrivée des dents pour commencer à bien développer les fonctions de latéralité et de propulsion permettant une bonne croissance maxillomandibulaire et articulaire. Essentielle également, l’éducation à l’hygiène dentaire a pour rôle de préserver, en amont, l’intégrité des dents et donc des espaces au niveau des arcades maxillaires afin d’éviter les malocclusions.

Les médecins ORL ont aussi un rôle capital à jouer dans la prévention de la ventilation buccale. Ils interviennent dans la gestion des obstacles anatomiques et l’orientation vers la rééducation nasale pour que le nez reprenne sa fonction. Le posturologue, quant à lui, prend en charge la correction des problèmes posturaux déjà installés et inhérents aux malocculsions. Si, de prime abord, la relation entre la santé générale et le traitement orthodontique n’est pas évidente, une croissance dento-faciale harmonieuse a pourtant un réel impact sur le développement global d’un individu. Le corps est un système dont tous les organes sont en relation et qui interagit avec le bien-être physique et mental de l’individu. D’où la nécessité d’un travail collaboratif dans l’intérêt des patients.

Patiente qui présentait des cernes, des pommettes effacées et une ligne bipupillaire non droite. Toute la posture suivait cette déformation, le menton fuyant en arrière. Au niveau dentosquelettique, elle avait un maxillaire supérieur en avant qui recouvrait totalement la mandibule, y compris les incisives inférieures qui n’étaient pas du tout visibles. La prise en charge orthodontique a été réalisée dans un cadre global et notamment avec la rééducation de la ventilation nasale et de la déglutition. La tête s’est redressée, la ligne bipupillaire aussi. Il y a eu avancée de la mandibule, le menton est donc plus en avant, et une harmonie de la croissance s’est opérée. Elle dort mieux et une confiance en soi s’est installée. En fin de traitement, cette jeune fille a bien grandi dans un cadre tout à fait harmonieux. Au niveau dentaire, elle a recouvert des rapports tout à fait respectables. Correction de la posture chez une patiente en cours de traitement orthodontique global.

Dans la même rubrique

Rajeunissement du visage

Rajeunissement du visage

 La voie de la toxine botulique

La toxine botulique est utilisée en dermatologie, chirurgie plastique et médecine esthétique pour atténue...

Lire la suite

TABAGISME

TABAGISME

LE VAINCRE PAR L’HYPNOSE

L’hypnose médicale est l’une des nombreuses méthodes thérapeutiques qui peuvent être envisagées chez les p...

Lire la suite

Varicocèle

Varicocèle

 Traiter pour éviter l’infertilité

La varicocèle est une affection qui se caractérise par une dilatation anormale des veines du cordon ...

Lire la suite

ORTHODONTIE

ORTHODONTIE

 QUELS EFFETS POSITIFS SUR LA SANTÉ GÉNÉRALE ?

Les corrections des malformations dento-squelettiques s’apprécient fortement au niveau d...

Lire la suite

UNE MÉDECINE D’AVENIR

UNE MÉDECINE D’AVENIR

UNE MÉDECINE D’AVENIR

La posturologie est une science multidisciplinaire qui s’intéresse aux pathologies fonctionnelles. Elle fait parti...

Lire la suite

SYNDROME D'APNÉES DU SOMMEIL

SYNDROME D'APNÉES DU SOMMEIL

 DES APPAREILS CONNECTÉS POUR AMÉLIORER L’OBSERVANCE

Les objets connectés sont en passe de révolutionner la prise en charge des patholo...

Lire la suite

Copyright © 2019 Doctinews.

All rights reserved.