Dépistage systématique de la surdité néonatale

Une perspective d’avenir à atteindre

En l’absence de chiffres officiels et d’études évaluant l’incidence de la surdité néonatale au Maroc, une étude préliminaire a été menée afin de déterminer une incidence régionale de la surdité chez les nouveau-nés à la maternité du CHU Ibn Rochd de Casablanca. L’objectif secondaire était de sensibiliser le personnel médical et paramédical de son intérêt dans la prise en charge précoce de la surdité néonatale au Maroc. 

 

Doctinews N°97 Mars 2017


Par Abdellah El Bousaadani, Mohamed Mahtar

Service d’ORL de l’hôpital du « 20 aout 1953 » - CHU Ibn Rochd- Casablanca


 

L
a surdité de l’enfant diffère de la surdité de l’adulte pour deux raisons principales : elle survient chez un enfant qui a besoin de son audition pour développer son langage oral et les étiologies des surdités de l’enfant sont différentes de celles de l’adulte. Les surdités bilatérales vont empêcher le développement normal du langage, alors que les surdités unilatérales vont avoir peu d’impact sur celui-ci [1,2].
L’incidence de la surdité néonatale sévère bilatérale varie de deux à trois pour 1 000 naissances [3-7]. Pour les enfants ayant nécessité un séjour en unité de soins intensifs, le pourcentage peut atteindre 4 % [8]. Le tri sélectif des nouveau-nés présentant des facteurs de risque peut biaiser le dépistage de 50 % des surdités [6-8]. Les programmes de dépistage des troubles auditifs ont débuté dès 1992 aux États-Unis et dès 1993 en Angleterre. Ils ont mis en évidence, sur des séries de plus de 40 000 enfants dépistés [4- 7, 10, 11], une avancée significative dans la prise en charge de ces surdités, l’âge d’appareillage moyen étant passé de 13,3 à 5,7 mois [4, 11], ce qui représente un avantage indiscutable pour le développement du langage [8, 12]. De plus, le consensus européen sur le dépistage de la surdité et l’ANAES en France préconisent un dépistage à la maternité [9-15].

Méthodes de dépistage

Il existe deux méthodes de dépistage de la surdité, utilisables chez le nouveau-né dès les premières heures suivant la naissance : les oto-émissions acoustiques provoquées (OEAP) et le recueil de potentiels évoqués auditifs précoces (PEAP). Les OEAP [2, 15, 16] sont une réponse acoustique générée par les cellules ciliées externes cochléaires, mesurable à l’aide d’un microphone miniaturisé placé dans le conduit auditif externe. Ces oto-émissions sont absentes pour des pertes auditives d’origine endocochléaire (de loin les plus fréquentes) supérieures à 30 dB. Dans leur forme conventionnelle, les PEAP permettent un diagnostic précis de la surdité, avec une détermination de seuil auditif. Cependant, la durée du test ne permet pas de l’utiliser en tant que test de dépistage. Des protocoles de PEAP adaptés au dépistage ont été développés, et consistent en un recueil d’une trace à une ou deux intensités données [6, 17-21]. Ces protocoles abrégés ne permettent donc pas un diagnostic neurologique, ni de type de surdité, ni l’identification précise d’un seuil auditif. En revanche, la durée de l’examen est considérablement réduite et compatible avec un test de dépistage.

Précisions sur l’étude

L’étude menée auprès des nouveau-nés de la maternité du CHU Ibn Rochd de Casablanca entre janvier et mars 2015 est une étude prospective. La fiche d’exploitation comprenait le sexe, le nom et prénom de la mère, son lieu de résidence, les coordonnées, les antécédents, la notion de consanguinité, la voie d’accouchement (basse ou césarienne) et le score d’Apgar à la naissance (souffrance ou pas). Le dépistage était effectué par un premier test par OEAP à la naissance pendant l’hospitalisation à la maternité. En cas de négativité du premier test, un second test était réalisé au cours de la première consultation de contrôle post-hospitalisation ou après convocation. Un potentiel évoqué auditif à but diagnostic était réalisé en cas de réponse négative des 2 premiers tests. Les nouveau-nés qui ont été transférés en réanimation néonatale et les mères qui ont refusé le test ont été exclus.

Résultats préliminaires

347 nouveau-nés ont été dépistés. Le sex-ratio F/H était de 1,3. Il a été noté un antécédent de surdité néonatale dans la fratrie dans un seul cas. Un second test par oto-émissions acoustiques provoquées a été réalisé dans 15 cas. Nous avons dépisté 1 cas de nouveau-né atteint de surdité profonde bilatérale, soit une incidence de 2,8/1000 naissance.

Le pour et le contre

L’argument principal invoqué contre un dépistage systématique à la naissance par OEAP est celui du nombre de faux positifs, qui induit un coût supplémentaire dû à la nécessité de tester à nouveau, et une anxiété parentale [22]. De plus, 8 à 30 % de ces bébés sont perdus de vue à la sortie de la maternité [6, 19]. L’intérêt du test à la maternité est la possibilité d’obtenir une bonne couverture des naissances et de bonnes conditions d’examen car le nouveau-né, présentant de longues périodes de sommeil, est plus facile à tester que quelques semaines plus tard [23,24]. À la naissance, la présence de débris au niveau du conduit auditif externe est fréquente, et peut gêner le recueil d’OEAP. Ceci peut représenter un problème important lorsque les durées de séjour en maternité sont très brèves. Néanmoins, au Maroc, la disponibilité du matériel de dépistage et du personnel qualifié reste un grand défi à surmonter [25-29].

Quelle technique choisir ?

Il n’existe pas à ce jour d’avantage significatif des PEAP abrégés par rapport aux OEAP : les études comparatives disponibles ont été effectuées en utilisant des protocoles d’OEAP qui ne sont pas optimaux en ce qui concerne les critères choisis de recueil et de présence des réponses [30,31]. De plus, le dépistage de la surdité à la naissance ne doit pas faire oublier que, bien que très rarement, il existe des surdités congénitales d’apparition progressive. Du fait de la grande reproductibilité des OEAP, la présence d’une trace de référence à la naissance pourrait peut-être apporter une aide au diagnostic, mais cet avantage est pour l’instant trop spéculatif. Enfin, il ne faut pas oublier que le temps passé à effectuer un tel dépistage dépend plus des délais liés à l’organisation même du dépistage, et notamment aux délais d’attente liés à l’absence de disponibilité immédiate des bébés, que de la durée du test elle-même. Ces temps d’attente sont identiques, quelle que soit la méthode de dépistage utilisée (OEAP ou PEAP automatiques). Malgré l’importance des études américaines et anglaises sur le dépistage systématique de la surdité par des méthodes objectives, l’opinion parentale vis-à-vis d’un tel dépistage a été très peu étudiée [8].

Poursuivre le dépistage

Au Maroc, les données épidémiologiques concernant la surdité néonatale sont peu connues. L’évaluation préliminaire qui a été menée montre que le dépistage auditif précoce chez les nouveau-nés mérite d’être poursuivi. Cette expérience, très limitée dans le temps, montre qu’un dépistage de la surdité systématique en maternité est possible et souhaitable et qu’il est considéré comme utile par la quasi-totalité des parents qui l’ont accepté.

Remerciements 

Nous tenons à remercier tous les résidents en ORL qui ont participé à l’enquête de même que l’équipe de la maternité du CHU Ibn Rochd pour leur aide dans la mise en place et l’organisation du programme de dépistage. 

Références

1- M. Mondain, C. Blanchet, F. Venail, A. Vieu. Classification et traitement des surdités de l’enfant. EMC-Oto-rhino-laryngologie 2 (2005) 301–319.
2- Francois M. Dépistage de la surdité chez le nouveau-né par les otoémissions acoustiques. Presse Méd 1996 ; 25 : 9-11.
3- Bonfils P, François M, Aidan D, Avan P, Parat S, Boissinot C et al. La surdité en période néonatale : les bases du dépistage. Arch Pédiatr 1995 ; 2 : 685-91.
4- Mehl A, Thomson V. Newborn hearing screening : the great omission. Pediatrics 1998 ; 101 : E4.
5- Vohr BR, Carty LM, Moore PE, Letourneau K. The Rhode Island Hearing Assessment Program : experience with statewide hearing screening (1993-1996). J Pediatr 1998 ; 133 : 353-7.
6- Dalzell L, Orlando M, MacDonald M, Berg A, Bradley M, Cacace A, et al. The New York State universal newborn hearing screening demonstration project : ages of hearing loss identification, hearing aid fitting, and enrollment in early intervention. Ear Hear 2000 ; 21 : 118-30.
7- Finitzo T, Albright K, O’Neal J. The newborn with hearing loss : detection in the nursery. Pediatrics 1998 ; 102 : 1452-60.
8- American academy of pediatrics. Task force on newborn and infant hearing. Newborn and infant hearing loss : Detection and intervention. Pediatrics 1999 ; 103 : 527-30.
9- Davis A, Bamford J,Wilson I, Ramkalawan T, Forshaw M, Wright S. A critical review of the role of neonatal hearing screening in the detection of congenital hearing impairment. Health Technol Assessment 1997 ; 1 : 1-177.
10- Denoyelle F, Marlin S, Roger G, Petit C, Garabédian E. Surdités neurosensorielles d’origine génétique. La revue du praticien 2000 ; 50 : 146-9.
11- Spivak L, Dalzell L, BergA, Bradley M, Cacace A, Campbell D et al. New York State universal newborn hearing screening demonstration project : inpatient outcome measures. Ear Hear 2000 ; 21 : 92-103.
12- Prieve B, Dalzell L, Berg A, Bradley M, Cacace A, Campbell D et al. New York State universal newborn hearing screening demonstration project : inpatient outcome measures. Ear Hear 2000 ; 21 : 104-17. Yoshinaga-Itano C, Sedey A, Couter D, Mehl A. Language of early- and later-identified children with hearing loss. Pediatrics 1998 ; 102 : 1161-71.
14- Lutman ME, Grandori F. Screening for neonatal hearing defects. European consensus statement. Eur J Pediatr 1999 ; 158 : 95-6.
15- Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé. Évaluation clinique et économique du dépistage néonatal de la surdité permanente par les otoémissions acoustiques. Rapport, 1999.
16- Kemp DT, Ryan S. Otoacoustic emission tests in neonatal screening programs. Acta Otolaryngol 1991 ; 482 : 73-84.
17- Moulin A, Collet L. Les otoémissions acoustiques en exploration fonctionnelle. Collection Explorations fonctionnelles humaines. Paris : Éditions Médicales Internationales ; 1996.
18- Barsky-Firkser L, Sun S. Universal newborn hearing screenings A three year experience. Pediatrics 1997 ; 99 : 1-5.
19- Mason S, Davis A, Wood S, Farnsworth A. Field sensitivity of targeted neonatal hearing screening using the Nottingham ABR Screener. Ear Hear 1998 ; 19 : 91-102.
20- Aidan D, Avan P, Bonfils P. Auditory screening in neonates by means of transient evoked otoacoustic emissions : a report of 2,842 recordings. Ann Otol Rhinol Laryngol 1999 ; 108 : 525- 31.
21- Morlet T, Ferber-Viart C, Putet G, Sevin F, Duclaux R. Auditory screening in high-risk pre-term and full-term neonates using transient evoked otoacoustic emissions and brainstem auditory evoked potentials. Int J Pediatr Otorhinolaryngol 1998 ; 45 : 31-40.
22- Morlet T, Moulin A, Putet G, Sevin F, Dubreuil C, Duclaux R et al. Dépistage des troubles auditifs chez des nouveau-nés à risque. Ann Otolaryngol Chir Cervicofac 2001 ; 118, 1 : 11-8.
23- Bess FH, Paradise JL. Universal screening for infant hearing impariment : not simple, not risk-free, not necessarily beneficial, and not presently justified. Pediatrics 1994 ; 93 : 330-4.
24- Watkin PM, Baldwin M, Dixon R, Beckman A. Maternal anxiety and attitudes to universal neonatal hearing screening. Br J Audiol 1998 ; 32 : 27-37.
25- Engdahl B, Arnesen AR, Mair IW. Otoacoustic emissions in the first year of life. Scand Audiol 1994 ; 23 : 195-200.
26- Maxon AB, White KR, Culpepper B, Vohr BR. Maintaining acceptably low referral rates in TEOAE-based newborn hearing screening programs. J Commun Disord 1997 ; 30 : 457-75.
27- De Ceulaer G, Daemers K, Van Driessche K, Marien S, Somers T, Offeciers F et al. Neonatal hearing screening with transient evoked otoacoustic emissions : a learning curve. Audiology 1999 ; 38 : 296-302.
28- Brass D, Kemp DT. Quantitative assessment of methods for the detection of otoacoustic emissions. Ear Hear 1994 ; 15 : 378-89.
29- Brass D, Watkins P, Kemp DT. Assessment of an implementation of a narrow band, neonatal otoacoustic emission screening method. Ear Hear 1994 ; 15 : 467-75.
30- Maxon AB, Vohr BR, White KR. Newborn hearing screening : comparison of a simplified otoacoustic emissions device (ILO1088) with the ILO88. Early Hum Dev 1996 ; 45 : 171-8.
31- Doyle KJ, Fujikawa S, Rogers P, Newman E. Comparison of newborn hearing screening by transient otoacoustic emissions and auditory brainstem response using ALGO-2. Int J Pediatr Otorhinolaryngol 1998 ; 43 : 207-11.

Dans la même rubrique

La maladie d’Alzheimer au Maroc

La maladie d’Alzheimer au Maroc

Etat des lieux et enjeux

La maladie d’Alzheimer (MA) est le chef de fil des démences neurodégénératives. Cette maladie constitue un vér...

Lire la suite

Rhumatisme inflammatoire débutant

Rhumatisme inflammatoire débutant

Apport du bilan immunologique 

Les rhumatismes inflammatoires débutants (RID) posent plusieurs difficultés. Tout d’abord, celle de leur d...

Lire la suite

Dépistage systématique de la surdité néonatale

Dépistage systématique de la surdité néonatale

Une perspective d’avenir à atteindre

En l’absence de chiffres officiels et d’études évaluant l’incidence de la surdité néonatale ...

Lire la suite

Lupus

Lupus

Pour une prise en charge efficace

Le Lupus érythémateux systémique est l’archétype des maladies auto-immunes.  Résultant d’attaques ...

Lire la suite

Incontinence urinaire féminine

Incontinence urinaire féminine

Briser le silence

L’incontinence urinaire est encore un sujet tabou, à tel point que la grande majorité des femmes concernées préfère n...

Lire la suite

Antibiothérapie

Antibiothérapie

Des acquis à préserver

Si la résistance aux antimicrobiens est un phénomène naturel lié à des modifications génétiques des bactéries...

Lire la suite

Copyright © 2017 Doctinews.

All rights reserved.