Hallux valgus

Hallux valgus 28 mars 2018

 Une déformation du pied en évolution

En latin, Hallux signifie « gros orteil » et Valgus « bancal, tourné en dehors ». L’hallux valgus est donc une déformation de l’avant pied qui tend à dévier le gros orteil en abduction. Cette déformation osseuse de l’avant pied est très fréquente et touche les femmes en particulier. Elle débute souvent à l’adolescence mais la découverte est tardive car l’évolution est progressive et la déformation est indolore au début. Cette affection est plus ou moins familiale d’ordre héréditaire.

Doctinews N°108  Mars 2018


Par Hind Benziane

 Présidente de l’Association marocaine scientifique des podologues (AMSP)


  

’hallux valgus se manifeste sous forme d'une bosse au niveau du premier métatarse, à l’intérieur du pied. Cette déformation peut être associée à une inflammation appelée bursite. Cette bosse (appelée aussi oignon), qui est donc formée par le sommet de l'angle entre le premier métatarsien qui va vers l'intérieur et le gros orteil qui va vers l'extérieur, peut empêcher de porter certaines chaussures. L'hallux valgus peut être très douloureux, autant au niveau de l'articulation qu'au niveau de la peau (frottements contre la chaussure lors de la marche). Il existe un hallux valgus juvénile, qui est souvent une forme sévère de la maladie. En général, la maladie débute vers 40 ans.

Mécanisme

Au départ, la déformation est due à une déstabilisation de l’avant pied. Celle-ci additionne plusieurs facteurs dont un élargissement de l’avant pied et une insuffisance du 1er rayon, ce qui implique que lors de la marche, au moment de l’appui digitigrade, une pronation du pied s’exerce qui est la conséquence directe de l’insuffisance du 1er rayon. La pronation va provoquer une poussée en abduction sur le gros orteil. Au début, la déformation se réduit spontanément quand le pied n’est pas en appui digitigrade. Ensuite, à un certain moment, les tendons fléchisseurs et extenseurs propres du gros orteil vont se luxer entre le 1er et le 2éme métatarsien. Lorsque le seuil de déformation est franchi, les muscles propres du gros orteil deviennent abducteurs et, plus la déformation s’accentue, plus ils ont un effet abducteur. La déformation ne peut que spontanément s’aggraver car tous les muscles deviennent abducteurs et, lors de la marche, l’appui digitigrade a tendance à se faire sur la face interne du gros orteil.

Classification de la déformation

Il existe une classification de l'hallux valgus qui dépend de l'angle de déviation du gros orteil. Ainsi, certains parlent d'hallux valgus léger lorsque cet angle est inférieur à 20°. L'hallux valgus devient modéré entre 20 et 40° (la phalange n'est plus dans l'axe du métatarse) puis sévère lorsque l'angle est supérieur à 40°.

Conséquences

Lointaines et progressives, les conséquences ne sont pas liées au 1er rayon. La déformation de l’avant pied qui s’élargit entraîne une difficulté de chaussage et génère un conflit avec la chaussure entraînant une bursite interne douloureuse. L’hallux valgus est également à l’origine de métatarsalgies et de griffes d’orteil avec hyper kératoses. Au niveau de l’articulation métatarso-phalangienne, la déformation génère une exostose, une bursite et entraine des problèmes d’arthrose. Par ailleurs, le croisement du gros orteil avec les autres orteils les traumatise lors de la marche et les repousse d’avant en arrière durant l’appui digitigrade. Il peut, dans certains cas, passer au dessus des autres orteils. Dans certains cas, la douleur ne se limite pas au gros orteil. L’hallux valgus agit mécaniquement en déchargeant le premier métatarsien et en augmentant la charge sous les autres métatarsiens (appelés rayons médians). La peau plantaire en regard de ces os réagit en formant des durillons parfois très épais et étendus. Ce phénomène provoque des douleurs sous l’avant-pied qui éclipsent parfois celles liées à l’hallux valgus.

Traitement

Il existe plusieurs traitements possibles en fonction du degré de la déformation et de sa réductibilité.

Traitement médical et orthétique

Plusieurs options peuvent être proposées pour soulager les patients. l La semelle orthopédique sur mesure vise à lutter contre le trouble statique du pied et permet de décharger les douleurs des têtes métatarsiennes. Elle répartit les appuis, ce qui soulage les têtes métatarsiennes et ainsi les douleurs. Elle est indispensable pour corriger des anomalies sévères de l’architecture du pied comme les pieds plats sévères. Sans elle, la chirurgie de l’hallux valgus est exposée à un risque important d’échec ou de récidive. l L’attelle nocturne vise à stopper l’évolution de la déformation ainsi qu’à la corriger (en fonction de sa réductibilité), ce qui favorise la disparition de la bursite. (Voir Fig 1). l L’orthoplastie en silicone permet de limiter les frottements avec la chaussure, de corriger les griffes d’orteils et d’éviter la douleur lors de la marche. (voir Fig2) l Le soin pour les hyperkératoses (abrasion mécanique) est un soin médical qui se pratique chez le podologue pour respecter les règles d’hygiène et d’asepsie. l Enfin, le K taping est une méthode de contention qui vise à diminuer les tensions et la douleur de l’hallux valgus.

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical est le seul susceptible de corriger les déformations mais les résultats ne sont pas durables. En effet, quelle que soit l’intervention, il n’est pas possible de corriger toutes les causes musculaires. L’intervention ne peut s’envisager, comme toujours en chirurgie orthopédique, qu’après échec des méthodes simples et peu agressives citées ci-dessus. Parmi l’ensemble des conséquences de l’hallux valgus citées plus haut, aucune n’est à considérer préférentiellement à une autre. Un seul paramètre est pertinent pour prendre la décision de la chirurgie : le handicap quotidien. Qu’il soit de nature professionnelle, sociale, ou personnelle, il résume l’état fonctionnel du patient tel que l’hallux valgus le lui impose. Cependant, dans certaines situations, le chirurgien doit savoir prendre la décision de ne pas opérer le patient. Il existe plusieurs techniques en chirurgie de l’Hallux valgus. Qu’elles soient invasives comme l’exostosectomie, l’arthrodèse métatarso phalangienne, les plasties tendineuses, l’arthroplastie métatarso phalangienne…, ou mini invasive comme la technique en percutanée, toutes répondent aux mêmes principes de correction. Leur but est de corriger les déformations pour répartir harmonieusement les contraintes mécaniques qui s’exercent sur l’avant-pied. Il existe maintenant une technique dite mixte mini invasive qui a une voie d’abord réduite au maximum pour réduire l’agressivité, mais suffisante pour assurer un bon contrôle visuel.

Prévention

Choix de la chaussure

Pour avoir un confort des pieds au quotidien, le choix des chaussures s’oriente vers des modèles adaptés. Les modèles à bouts pointus sont incompatibles avec la largeur du pied. Ils sont à proscrire. Les talons hauts augmentent les forces mécaniques sous l’avant-pied. Leur hauteur doit donc être limitée à 3 cm pour réduire les contraintes. Enfin, des chaussures constituées de matériaux souples sont privilégiées pour diminuer le conflit avec la saillie osseuse. De même, les modèles comportant des coutures en regard de la saillie sont à éviter. Ces coutures constituent des zones d’hyper-rigidité de la chaussure qui aggravent le conflit avec l’hallux valgus.

Les semelles orthopédiques

Elles peuvent soulager les douleurs articulaires du gros orteil en réduisant l’appui à ce niveau. Il en va de même pour les douleurs sous les métatarsiens médians. Les orthèses plantaires répartissent les pressions en charge ce qui soulage les têtes métatarsiennes et ainsi les douleurs. Il est important de corriger les troubles statiques du pied dès leur apparition et donc de consulter un podologue au début de la déformation. Son rôle sera de poser un diagnostic précis pour évaluer le degré de la déformation et ainsi proposer les traitements convenables. Il guidera le patient dans le choix de ses chaussures pour éviter toute aggravation de la déformation et, en cas de douleurs, il prescrira des antalgiques locaux pour apaiser les souffrances à la marche.

Dans la même rubrique

Produits sanguins labiles

Produits sanguins labiles

 Dons, qualification et usage thérapeutique

Les produits sanguins labiles (PSL) constituent l’ensemble des dérivés thérapeutiques obten...

Lire la suite

Syndrome de l’intestin irritable

Syndrome de l’intestin irritable

Une pathologie complexe et multifactorielle

Le syndrome de l’intestin irritable est un trouble fonctionnel digestif caractérisé par des do...

Lire la suite

Erysipèle de la jambe

Erysipèle de la jambe

 La surveillance étroite est de mise

L’érysipèle est l’une des infections cutanées les plus fréquentes. Elle affecte majoritairement...

Lire la suite

Vitrification des ovocytes et des embryons

Vitrification des ovocytes et des embryons

 Espoir majeur pour préserver la fertilité et traiter l’infertilité

La vitrification tend à remplacer progressivement les techniques cl...

Lire la suite

Hallux valgus

Hallux valgus

 Une déformation du pied en évolution

En latin, Hallux signifie « gros orteil » et Valgus « bancal, tourn...

Lire la suite

Les amygdalites

Les amygdalites

 Entre médecin et chirurgien

En voyant la fréquence des amygdalites en consultation de médecine généra...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.