Prise en charge de la dépression

Prise en charge de la dépression 07 juin 2017

Un outil pour les médecins généralistes

La prise en charge de la dépression légère à modérée trouve aujourd’hui sa place dans le cabinet du médecin généraliste grâce au counselling, un outil adapté et validé scientifiquement. 

Doctinews N°99 Mai 2017


Avec la collaboration du Pr Mohamed AGOUB et du Dr Imane ROUHLI

Centre psychiatrique universitaire Ibn Rochd.


L
’Organisation mondiale de la santé (OMS) a choisi cette année la dépression comme thème de la journée mondiale de la santé. Dans son aide mémoire daté de février 2017, elle estime que la dépression affecte quelque 300 millions de personnes à l’échelle mondiale. Au Maroc, les statistiques indiquent qu’environ un adulte sur quatre a déjà connu un trouble dépressif (26,5 %). Malheureusement, bon nombre de patients ne consultent pas. Et quand ils consultent, une grande majorité se dirige vers un médecin généraliste. Ainsi, selon un article publié par l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé en France (1), « 60 % des personnes ayant vécu un épisode dépressif caractérisé déclarent avoir eu recours à des soins pour raison de santé mentale. Si le recours au médecin généraliste est prédominant pour 21 % de ces patients, les psychiatres et psychologues libéraux arrivent ensuite avec 13 et 7 % ».

Relation de confiance

Dans ce contexte, le médecin généraliste occupe une place primordiale. « Le médecin généraliste est en contact direct avec le patient avec qui il entretient une relation de confiance », indique le Pr Mohamed Agoub, professeur de psychiatrie au Centre psychiatrique universitaire Ibn Rochd. Mais face à un patient dépressif, il ne dispose pas toujours de techniques adaptées à sa pratique. Pour lui permettre de proposer une prise en charge de la dimension psychique de la dépression légère à modérée, il existe une technique thérapeutique aujourd’hui inscrite dans le cadre de l’arsenal thérapeutique de premier recours dans les pays anglo-saxons inspirée de la thérapie interpersonnelle (TIP), le counselling.

Une approche moins contraignante

« Le counselling est un traitement alternatif à la TIP particulièrement adapté pour les soins de première intention », explique le Dr Imane Rouhli, psychiatre au Centre psychiatrique universitaire Ibn Rochd. « Il s’agit d’une approche moins contraignante que la TIP dont elle est issue car elle s’articule autour de consultations plus courtes dans la durée et moins nombreuses dans le temps ». Elle est donc moins coûteuse, mais son efficacité est scientifiquement validée.
Le counselling se fonde sur l’hypothèse selon laquelle la majorité des personnes souffrant de dépression ont des relations interpersonnelles perturbées qui déclenchent ou suivent l’apparition du trouble de l’humeur. Il est basé sur l’analyse et la correction des modes relationnels interpersonnels de la personne souffrant de dépression et plus particulièrement le deuil, les conflits interpersonnels et le changement de statut social. L’objectif consiste donc à faire le lien avec le contexte qui déclenche ou perpétue le trouble du patient (première phase) pour lui permettre une modulation interpersonnelle, une gestion de son émotion et d'élargir son cercle de relation interpersonnelle (deuxième phase). Il est important que le patient prenne conscience de ces interactions interpersonnelles défectueuses pour lui permettre de réagir.

Six séances et des objectifs

Cette thérapie est structurée autour de six séances d’une durée de quinze à trente minutes. La première séance, qui constitue la première phase du traitement, est parfois un peu plus longue. Il s’agit de poser le diagnostic et d’établir un contrat thérapeutique. Les quatre séances qui suivent sont dédiées au travail sur les aires spécifiques du stress. La sixième et dernière séance permet de dresser un bilan, de consolider les acquis et d’aider le patient à gérer le détachement de la relation thérapeutique. « Il aura alors pris conscience de ces interactions interpersonnels défectueuses ce qui lui permettra, s’il est de nouveau confronté à une situation de stress, de ne pas entrer dans la dépression », conclut le Pr Agoub.

 

Formation au counsellinG 
Des sessions dédiées au Maroc

Une formation au counselling à destination des médecins généralistes est désormais proposée au Maroc par l’Association française de thérapie interpersonnelle (AFTIP) en partenariat avec l’Association marocaine de thérapie interpersonnelle (AMTIP), présidée par le Pr Mohamed Agoub. Elle est supervisée par le Dr Hassan Rahioui, psychiatre et docteur en psychologie, président de l’AFTIP et chef du pôle psychiatrique du 7e arrondissement de Paris rattaché au centre hospitalier Sainte-Anne, et se déroule au Centre psychiatrique universitaire Ibn Rochd.

Le Dr Hicham El Assli a suivi cette formation. Il témoigne :
Alors que les structures dédiées à la santé mentale ainsi que les ressources humaines qui y sont affectées sont insuffisantes, malgré la prise de conscience des décideurs ces dernières années, la prise en charge des troubles psychiatriques au Maroc ne concerne qu’une partie de la population présumée atteinte : c’est le cas de la dépression dont le diagnostic et le traitement ne touchent que 50 % d’un effectif avoisinant les 4,4 % de la population générale (OMS, 2017). Beaucoup de diagnostics échappent à la prise en charge adéquate notamment en médecine de ville et plus particulièrement dans les cabinets de médecine générale. La vulgarisation de la prise en charge de ce trouble psychiatrique à travers la formation continue auprès des médecins de famille a permis une augmentation significative en matière de prescriptions médicamenteuses. Néanmoins, beaucoup de cas de rechutes, de non observance du traitement, ainsi que d’absence de soutien face aux événements stressants de la vie sont rapportés et par les praticiens et par les patients.
D’où l’importance des psychothérapies qui permettent le plus souvent de consolider l’apport du traitement pharmacologique, d’éviter les rechutes et parfois même la résolution étiologique de la pathologie en question.
Parmi toutes les approches disponibles, le Counselling Interpersonnel (CIP) présente la particularité d’être parfaitement adapté au contexte marocain. En effet, la brièveté du processus thérapeutique annoncée d’emblée au patient le soulage davantage et l’incite à y adhérer, encouragé par le fait de pouvoir être pris en charge par son médecin de proximité. La complexité des relations interpersonnelles au sein de notre société liée aux questions de genre, de croyances, de diversité culturelle entre autres fait que les relations perturbées riment souvent avec des troubles psychiques, ce qui fait du CIP une approche thérapeutique de choix dans un cabinet de médecine de ville au Maroc.
La thérapie « CIP » a fait ses preuves dans notre pratique de tous les jours et les patients en sont satisfaits. Nous avons eu la chance d’y être initiés grâce à la formation délivrée par le président de l’AFTIP au sein du Centre Psychiatrique Universitaire de Casablanca qui assure une formation complète, variée et scientifiquement validée en matière de psychiatrie/ psychothérapies.

 

Référence

1) La prise en charge de la dépression dans les établissements de santé, Magali Coldefy, Clément Nestrigue , Questions d’économie de la santé IRDES, n° 191 – octobre 2013, http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/191-la-prise-en-charge-de-la-depression-dans-les-etablissements-de-sante.pdf

Dans la même rubrique

Renouveau de la médecine interne dans le monde

Renouveau de la médecine interne dans le monde

Questionnement sur l’évolution des systèmes de santé

La médecine interne est une discipline médicale qui s’occupe particulièrement d...

Lire la suite

MICI

MICI

En parler pour briser les tabous qui les entourent

Créée en mai dernier, l’association « MICI sans frontières » a pour principal object...

Lire la suite

Dépistage des maladies chroniques

Dépistage des maladies chroniques

Une action rentable

L'impact des maladies chroniques est considérable avec près de 4 millions de décès par an en Europe. Les maladies chro...

Lire la suite

AMSAT

AMSAT

Changer le regard sur la trisomie

Placée sous la présidence d’honneur de Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid, l’Association maroc...

Lire la suite

« La Maison des Songes »

« La Maison des Songes »

Un projet unique

« La Maison des Songes », qui ouvrira ses portes à partir du mois de septembre, propose une prise en charge des enfants et...

Lire la suite

Prise en charge de la dépression

Prise en charge de la dépression

Un outil pour les médecins généralistes

La prise en charge de la dépression légère à modérée trouve aujourd’hui sa place dans le ca...

Lire la suite

Copyright © 2017 Doctinews.

All rights reserved.