Dr Saïd Afif

Dr Saïd Afif 10 octobre 2018

Président de la Société marocaine de sciences médicale

Lors de son Assemblée générale organisé le 23 juin dernier, la Société marocaine des sciences médicales (SMSM) a élu un nouveau bureau avec, à sa présidence, le Dr Saïd Afif. Elle a, également, apporté des modifications à ses statuts. Le point avec le nouveau président.

 

 Doctinews N°114 octobre 2018

Dr Saïd Afif

  Président de la Société marocaine de sciences médicale


 Doctinews.  L’Assemblée générale qui s’est tenue le 23 juin dernier a été à l’origine d’importantes décisions au sein de la SMSM. En qualité de président élu à cette occasion, pouvez-vous nous détailler les principales mesures ?

Dr Saïd Afif.La décision la plus importante qui a fait l’objet d’une modification des statuts concerne la limitation du mandat du président. A l’unanimité en effet, nous avons décidé de limiter à deux le nombre de mandats du président. Ces deux mandats ont une durée de trois ans. Par ailleurs, nous avons étoffé la représentation de la SMSM au niveau des régions. Désormais, la SMSM est dotée d’un bureau national nouvellement élu qui tiendra chaque mois une réunion (voir encadré) et de représentants régionaux. Ils sont au nombre de cinq pour les régions de Casablanca et de Rabat où la SMSM dispose d’un siège. Les autres régions organisées selon le découpage administratif sont pourvues d’un coordinateur principal (voir encadré). Il s’agit soit d’un professionnel qui exerce au niveau de la région, soit d’un professionnel originaire de la région qui souhaite développer la FMC à cette échelle. Il reste actuellement trois régions à représenter. Nous avons également créé un comité des sages qui regroupe les past-présidents et le président du Conseil national de l’Ordre des médecins et, autre nouveauté, le président est désormais entouré de conseillers (voir encadré). Enfin, avec l’ensemble des membres qui constituent le nouveau bureau, nous avons défini un plan d’actions pour la première année (juin 2018 à juin 2019) qui se décline comme suit : l Organisation du congrès annuel les 26 et 27 octobre 2018. Je peux déjà annoncer que la conférence inaugurale sera présentée par le Pr Jamal Taoufik qui vient d’être nommé à la tête de la Direction du médicament. l Mise en place chaque mois (exceptés les mois de juillet et août) d’une session de formation médicale continue (FMC) ; l Production de 10 recommandations de bonne pratique avec l’Agence nationale d’assurance maladie (ANAM) dans le cadre de la convention qui lie la SMSM, le ministère de la Santé, le Conseil national de l’Ordre des médecins et l’Agence nationale d’assurance maladie ; l Relance de la revue de la SMSM avec une nouvelle équipe, un nouveau comité scientifique et un nouveau comité de lecture (voir encadré) ; l Mise en place d’une formation dédiée aux résidents et internes avec pour thèmes la rédaction et la lecture d’un article ; l Tenue d’une réunion annuelle avec le comité des sages ; l Tenue de trois réunions du conseil d’administration qui regroupe le bureau national et l’ensemble des bureaux régionaux ; l Nomination des coordinateurs régionaux ; l Tenue de la réunion du conseil national qui regroupe le bureau national, les bureaux régionaux et les présidents des sociétés savantes à caractère national ;

La SMSM a placé son congrès annuel sous le thème de la formation médicale continue et de la recherche qui sont au cœur de ses missions et de son plan d’actions. Peut-on y voir les prémices de la mise en place d’un cadre permettant de structurer cette activité ?

Il faut définir un cadre pour la formation professionnelle continue et la SMSM doit jouer son rôle en qualité de première société savante. Elle est là pour accompagner les médecins en formation et les médecins déjà formés, en collaboration avec toutes les composantes impliquées dans ce domaine. Toutefois, pour définir un cadre, il est important de tenir compte des spécificités et des ressources de notre pays. La formation médicale continue demande des fonds et suscite de nombreuses interrogations. Comment, par exemple, indemniser le praticien pour perte de ressources lorsqu’il est en période de formation ? Quelle articulation peut-on proposer en termes de fiscalité (frais de formation, indemnité compensatrice,...)?... Il faut tenir compte de tout ce qui entoure la formation continue pour proposer un modèle adapté. Pour cette raison, nous devons avancer pas à pas et travailler en collaboration avec l’ensemble des instances concernées : le ministère de la Santé, l’Ordre national des médecins, la SMSM, les sociétés savantes, les associations… A ce stade, en ce qui concerne la SMSM, notre plan d’actions prévoit la mise en place d’une session mensuelle de formation médicale continue et d’une formation à la rédaction et à la lecture d’un article. Nous avons identifié des représentants qui disposent d’une autonomie régionale sous la houlette de la SMSM et nous avons, parmi nos représentants et au sein du bureau, de nombreux enseignants (issus des secteurs universitaires public et privé). Ce choix est volontaire car il confirme le caractère académique de la SMSM. La revue de la SMSM est également un outil de formation médicale continue que nous allons relancer. Pour former le comité scientifique, nous avons demandé aux doyens des facultés de médecine de proposer des personnes ressources qui nous accompagneront durant notre mandat.

Vous avez décidé d’encourager les jeunes résidents et internes à participer à des travaux scientifiques. De quelle manière ?

Il est important d’aider et d’accompagner les jeunes résidents et internes. Le bureau national a donc décidé de les exempter des droits d’inscription pour les dépôts de leurs travaux scientifiques destinés à la revue de la SMSM et aux congrès et de dispenser gratuitement la formation à la rédaction et à la lecture critique d’un article médical.

En qualité de président récemment élu, avez-vous un message à diffuser ?

Le nouveau bureau a besoin de tout le monde, sans exception. Nous souhaitons insuffler une nouvelle dynamique, dans un esprit collaboratif, de partage et d’ouverture dans l’intérêt de la santé du citoyen. Dans ce sens, je tiens à dire que nous sommes ouverts à toutes et à tous. Enfin, je voudrais annoncer que nous allons lancer un prix de recherche, le prix « Abdellatif Berbich » doté d’une enveloppe de 60 000 dhs qui permettra de gratifier un travail à la hauteur de feu notre maître le Pr Berbich. Il sera octroyé en 2019.

 

 

Dans la même rubrique

Dr Saïd Afif

Dr Saïd Afif

Président de la Société marocaine de sciences médicale

Lors de son Assemblée générale organisé le 23 juin dernier, la Société maroca...

Lire la suite

Pr Samir Ztot

Pr Samir Ztot

Président de la Société marocaine de cardiologie

Cardiologue interventionnel, le Pr Samir Ztot préside la Société marocaine de cardiolog...

Lire la suite

Dr Najib AMGHAR

Dr Najib AMGHAR

  Président du Syndicat des néphrologues privés du Maroc

Afin de répondre aux attentes spécifiques des néphrologues issus du secteur p...

Lire la suite

Dr Ilham Slassi

Dr Ilham Slassi

  Professeur en neurologie

Enseignante en neurologie, le Pr Ilham Slassi a chapeauté le service et le département de neurologie au CHU Ibn...

Lire la suite

Jaâfar Rhissassi

Jaâfar Rhissassi

 Professeur agrégé en chirurgie cardiovasculaire

Professeur agrégé en chirurgie cardiovasculaire,le Dr Jaâfar Rhissassi est également s...

Lire la suite

Khalid Cheddadi

Khalid Cheddadi

Président Directeur Général de la CIMR

Avec l’adoption de son nouveau statut juridique de Société mutuelle de retraite, la Caisse inter...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.