Erreur médicale

Erreur médicale 18 janvier 2017

En médecine, le risque zéro n’existe pas

La médecine n'est pas une science exacte. C’est une discipline qui connait un développement permanent. Par conséquent, la responsabilité du médecin ne sera pas automatiquement engagée si son diagnostic est erroné ou si l’acte chirurgical qu’il a pratiqué s’avère inefficace lorsqu’il a respecté les règles médicales admises. Ainsi, les erreurs commises par le médecin ne vont pas toutes engager sa responsabilité.

 

 

En réponse à la demande des confrères, Doctinews va dédier une page régulière au droit à la santé. Cette initiative se veut aussi un espace d’échange ouvert aux confrères pour poser des questions ou proposer des thèmes. 

Doctinews N°95 Janvier 2017

Par le Pr Amal Bourquia
Professeur de néphrologie, diplômé en éthique de la santé, droits de l’homme et morales, membre de l’observatoire mondial de l’éthique (UNESCO)

Obligation de moyens du médecin

Le médecin doit mettre en œuvre tous les moyens possibles et raisonnables pour parvenir au but fixé. Dans ce sens, le médecin est généralement tenu à une obligation appelée «obligation de moyens». La conduite du médecin est donc jugée non pas sur la présence ou l'absence de résultat mais sur les moyens instaurés pour soigner son patient.
Selon la loi, le médecin n'a pas l'obligation de garantir le résultat escompté comme la guérison du patient. Cependant, pour poser un diagnostic selon les bonnes pratiques, le médecin doit effectuer un examen physique conforme aux règles de l'art, demander les consultations appropriées, prescrire les examens requis, interpréter correctement les données recueillies, contrôler son diagnostic et, en cas de doute, consulter un confrère. Il doit aussi communiquer son diagnostic au patient en temps opportun et l'avertir s'il se révèle erroné.
Cependant, dans certaines circonstances, le médecin est tenu à une obligation de résultats concrets appelée « obligation de résultats ». C’est le cas par exemple du chirurgien qui ne doit pas se tromper du site à opérer, du praticien qui doit respecter le devoir de secret professionnel, informer son patient…

Le comportement du médecin et l’erreur

Le médecin n’est responsable que si son erreur cause des dommages au patient. L'erreur commise doit être évaluée au cas par cas pour déterminer s'il s'agit d'une faute génératrice de responsabilité. Si le médecin a agi selon les bonnes pratiques médicales reconnues, son erreur ne sera pas fautive et il ne sera pas tenu pour responsable. Dans le cas contraire, son erreur sera fautive et il sera responsable des dommages causés par sa faute.
Lorsque le tribunal évalue si un médecin a commis une faute, il doit déterminer si la conduite du médecin était appropriée et raisonnable. Le juge évaluera si un autre médecin compétent placé dans des circonstances similaires aurait procédé de la même façon.
Le seul fait de poser un diagnostic erroné ou de choisir un mauvais traitement ou une mauvaise méthode d’intervention ne suffit donc pas à engager la responsabilité du médecin. Il faut que l’erreur commise soit fautive.
La preuve de cette erreur sera en général apportée par l’expertise médicale qui va juger le comportement du médecin en se basant soit sur le respect de la loi, sur les données scientifiques, ou sur la mise en évidence d’une imprudence, d'une négligence ou d'une maladresse. Dans ce cadre, on peut citer comme exemples la blessure du patient lors d’une intervention chirurgicale, l’absence de surveillance post-opératoire qui est du ressort du médecin anesthésiste et du chirurgien...En résumé, le médecin pourra être tenu responsable s'il commet une erreur fautive et si le patient prouve qu'il a subi un dommage à cause de cette faute.

Articles similaires

  • Ethique et déontologie

    Quelles relations ? Quelles différences ?

    L’éthique et la déontologie sont des ressources complémentaires, chacune a des forces qui compensent les limites de l’autre.

  • Pharmacien d’officine

    Quelle place dans le système de santé marocain ?

    L’organisation des soins de santé évolue et les pharmacies d’officine aussi. Le réseau pharmaceutique est une composante essentielle des systèmes de santé, accessible à des millions de citoyens. Il est aussi la structure de soins la plus répandue et souvent le premier et le dernier point de contact des patients avec le système de soins.

Dans la même rubrique

Ethique, droit du patient et responsabilité médicale

Ethique, droit du patient et responsabilité médicale

Thème central du 34e congrès de la SMSM

Etalé sur deux jours, du 8 au 9 décembre derniers, le 34e congrès de la Société marocaine des s...

Lire la suite

Pharmacoéconomie et pharmacoépidémiologie

Pharmacoéconomie et pharmacoépidémiologie

Des experts en conclave à Casablanca

La Société Marocaine de l’Economie des Produits de Santé (SMEPS), présidée par le Pr Samir Ahid, ...

Lire la suite

Officine Plus

Officine Plus

Des ateliers scientifiques de qualité

comme à l’accoutumée, le salon « Officine Plus » a connu une participation massive des pharmacien...

Lire la suite

Médecine d’urgence

Médecine d’urgence

Une pénurie insoutenable de spécialistes

« La médecine d’urgence vit des heures sombres dans notre pays. Un chiffre résume à lui seul ...

Lire la suite

Néphrologie pédiatrique

Néphrologie pédiatrique

Un cours à dimension continentale dédié à Marrakech

Etalé sur deux jours, du 3 au 4 novembre derniers, l’ « IPNA course Marrakech 2017...

Lire la suite

SPACE Morocco

SPACE Morocco

Les médecins généralistes à l'honneur

Pour la première fois, le Sun Pharma Academic Event Morocco (SPACE Morocco) a été entièrement d...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.