Ethique et déontologie

Ethique et déontologie 13 février 2017

Quelles relations ? Quelles différences ?

L’éthique et la déontologie sont des ressources complémentaires, chacune a des forces qui compensent les limites de l’autre.

Doctinews N°96 Février 2017

En réponse à la demande des confrères, Doctinews va dédier une page régulière au droit à la santé. Cette initiative se veut aussi un espace d’échange ouvert aux confrères pour poser des questions ou proposer des thèmes. 

PAR LE PR AMAL BOURQUIA

Professeur de néphrologie, diplômé en éthique de la santé, droits de l’homme et morales, membre de l’observatoire mondial de l’éthique (UNESCO)

L
e mot déontologie vient du grec « deontos » qui signifie devoir. Il s’agit une branche de l'éthique qui établit les fondements des devoirs d'une personne en fonction de la morale. Il désigne l’ensemble des devoirs et des obligations imposés aux membres d’un ordre. Comme les règles de droit, les règles déontologiques s’appliquent de manière identique à tous les membres et dans toutes les situations de la pratique. Une autorité est chargée de les faire respecter et d’imposer des sanctions en cas de dérogation.
L’éthique, quant à elle, n’est ni une science, ni une technique, ni un système de règles institutionnelles (comme la déontologie). Elle représente pourtant un travail au quotidien à l’épreuve des faits. On pourrait résumer l’éthique par la question : que faut-il faire pour bien faire dans un contexte précis ?

La question des valeurs

La médecine a toujours été une démarche éthique, car l’action médicale se caractérise par sa finalité : la santé d’autrui, avec comme mobile la pitié devant la souffrance d’autrui. La déontologie médicale est une éthique spéciale, adaptée aux conditions d’exercice de la médecine. Le code de déontologie médicale est un cadre de référence pour la réflexion de l’éthique médicale.
La première différence est que, pour se conformer à la déontologie, il n’est pas nécessaire de réfléchir aux valeurs qui la sous-tendent. A l’inverse, l’éthique invite le professionnel à réfléchir sur les valeurs qui motivent son action et à choisir la conduite la plus appropriée. La réflexion éthique fait appel à l’autonomie, au jugement et au sens des responsabilités. L’action est fondée sur les valeurs, généralement conformes aux lois et à la déontologie, mais elle est décidée par l’individu plutôt qu’imposée par une autorité extérieure.

La question de l’action

La déontologie est assez précise quant à ce que le professionnel doit faire ou éviter dans les situations courantes de la pratique. L’éthique ne définit pas d’avance la conduite appropriée, mais elle propose une réflexion pour la trouver. Du point de vue déontologique, c’est la conformité de l’action à la règle qui est importante, les conséquences de l’action ne font l’objet d’aucune réflexion ou décision particulière. Au contraire, du point de vue éthique, le professionnel est responsable des conséquences de son action et le demeure même quand il choisit de se conformer à la règle. Il doit chercher à minimiser les effets négatifs de sa décision et être prêt à la justifier.

Un guide et un cadre

La déontologie médicale sert de guide aux médecins dans leur pratique quotidienne au service des patients et de référence aux instances juridictionnelles de l’Ordre des médecins. Le code de déontologie repose sur un certain nombre de principes : le respect de la vie humaine, de la personne et de sa dignité, la moralité, la probité et le dévouement du médecin et l’indépendance professionnelle. Le code de déontologie dicte des règles qui obéissent clairement à la morale. La déontologie résulte donc du droit reconnu par la société à certaines professions dont la profession médicale de s'autoréguler et d'assurer ainsi l'indépendance du praticien et de la profession face à d'éventuelles pressions extérieures. Le code de déontologie précise des dispositions réglementaires concernant l’exercice médical qui sont subordonnées à d’autres textes plus importants comme la constitution et les lois. La bioéthique et l'éthique médicale sont à la fois un prolongement et un dépassement de cette démarche en réponse aux conditions nouvelles qui régissent la vie de la médecine dans la société contemporaine. 

Articles similaires

  • Pharmacien d’officine

    Quelle place dans le système de santé marocain ?

    L’organisation des soins de santé évolue et les pharmacies d’officine aussi. Le réseau pharmaceutique est une composante essentielle des systèmes de santé, accessible à des millions de citoyens. Il est aussi la structure de soins la plus répandue et souvent le premier et le dernier point de contact des patients avec le système de soins.

  • Erreur médicale

    En médecine, le risque zéro n’existe pas

    La médecine n'est pas une science exacte. C’est une discipline qui connait un développement permanent. Par conséquent, la responsabilité du médecin ne sera pas automatiquement engagée si son diagnostic est erroné ou si l’acte chirurgical qu’il a pratiqué s’avère inefficace lorsqu’il a respecté les règles médicales admises. Ainsi, les erreurs commises par le médecin ne vont pas toutes engager sa responsabilité.

Dans la même rubrique

Assistants techniques en pharmacie

Assistants techniques en pharmacie

Valoriser leur rôle

L’Association des assistants techniques en pharmacie d’Agadir a organisé, sous l’égide de l’Association nationa...

Lire la suite

3e édition des Jeux de la santé

3e édition des Jeux de la santé

Un programme alliant sport et science

La ville de Meknès a abrité du 5 au 8 avril derniers la 3e édition des Jeux de la santé.

...

Lire la suite

Diabète

Diabète

Sensibiliser encore et toujours

La Société marocaine d’endocrinologie-diabétologie et nutrition a organisé son 41e Congrès national, qu...

Lire la suite

Internet

Internet

Un outil d’accompagnement des politiques de santé

Dans le cadre de FUTUR.E.S in Africa, un événement qui s’est tenu à l’initiative d...

Lire la suite

3e congrès Al Hakim Hay Hassani

3e congrès Al Hakim Hay Hassani

Un programme scientifique très riche

Etalé sur deux jours, du 9 au 10 février derniers, le 3e Congrès Al Hakim Hay Hassani de médecine g...

Lire la suite

4es Journées de la SMMAPH

4es Journées de la SMMAPH

Le management pharmaceutique au centre des débats

«Les leviers d’optimisation de la gestion économique et financière en pharmacie », te...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.