Soins palliatifs

Soins palliatifs 12 avril 2017

Une responsabilité du médecin 

Le médecin doit accompagner le mourant jusqu'à ses derniers moments, assurer par des soins et mesures appropriés la qualité d'une vie qui prend fin, sauvegarder la dignité du malade et réconforter son entourage.

Doctinews N°98 Avril 2017

En réponse à la demande des confrères, Doctinews va dédier une page régulière au droit à la santé. Cette initiative se veut aussi un espace d’échange ouvert aux confrères pour poser des questions ou proposer des thèmes. 

Par le Pr Amal Bourquia

Professeur de néphrologie, diplômé en éthique de la santé, droits de l’homme et morales, membre de l’observatoire mondial de l’éthique (UNESCO)

L
es soins palliatifs médicalisés, en milieu hospitalier ou à domicile, et l'accompagnement des mourants constituent un droit humain et un devoir des soignants. Cependant, l'acharnement thérapeutique par des soins inutiles et pénibles est rejeté. Les soins palliatifs médicalisés sont définis comme des soins actifs et continus pratiqués par une équipe interdisciplinaire en institution ou à domicile. Ils visent à soulager la douleur, à apaiser la souffrance psychique, à sauvegarder la dignité de la personne malade et à soutenir son entourage. Quand les diverses thérapeutiques possibles à visée curative sont devenues incapables d'obtenir la guérison, ces soins visent à diminuer ou à supprimer les symptômes d'une maladie. L'objectif des soins palliatifs est donc de donner au patient, en phase terminale, le maximum de confort, physique et psychique.

Accompagnement de l'agonie

L'accompagnement de l'agonie est l'ultime responsabilité du médecin. Un médecin ne peut abandonner son patient lorsque tout espoir de guérison disparaît. Le médecin doit poursuivre sa mission auprès du patient et de sa famille. Dans ces situations, il aura à identifier les besoins corporels, psychiques et sociaux et, surtout, il devrait prendre en compte la douleur et la souffrance du patient.

Respect de la volonté

Dans les situations ou un traitement s'impose, soit pour prolonger la vie, soit pour améliorer la qualité de la vie, le médecin doit respecter la volonté de la personne malade, mais observer ce principe ne le dégage pas de sa responsabilité. Elucider la demande et évaluer les besoins fondamentaux du patient exige du thérapeute une recherche particulière qui pourra le conduire à privilégier les soins palliatifs par rapport aux soins curatifs, et à proposer les différentes options qui peuvent le mieux correspondre aux impératifs du patient.

La réflexion éthique

A ce stade de la fin de la vie, le médecin ne peut que permettre un véritable choix au patient, d’abord par une information complète dans le respect de sa volonté, ou en tenant compte de celle qu'il a pu antérieurement exprimer notamment dans des directives anticipées. Le patient a le droit de savoir que sa mort approche et le droit de ne pas le savoir. Nombreux sont les patients qui n'osent pas formuler leur angoisse de mort et ils l’expriment à travers leurs douleurs, la perte de leurs forces physiques, de leur intérêt pour la vie. Certains patients veulent ignorer la gravité de leur maladie, parfois encouragés par leur entourage. Le médecin ne peut les agresser en annonçant une mort prochaine, mais ne doit-il pas les aider, avec délicatesse et compassion, à en prendre conscience ?
Il est nécessaire d'accompagner ainsi la personne malade dans sa réflexion. Le respect du malade en tant que personne humaine nécessite de lui consacrer le temps et l'attention dont il a besoin pour parler librement de ce qu'il vit, à savoir la fin de sa vie.
En établissant une relation de qualité avec le patient, le médecin évite au patient d'être enfermé dans le silence. Le médecin respectueux de la personne en fin de vie a l'obligation du secret médical. Il aura à déterminer, avec l'accord du patient et selon son degré de conscience, quelle sera l'information à donner, ou à ne pas donner à la famille ou au tiers désigné par le patient.

Soutien aux familles

Le médecin devra aussi apporter son soutien aux familles. En effet, ces familles se trouvent souvent désorientées et désespérées, d'autant plus qu'elles manquent d'information et se retrouvent abandonnées à leur propre angoisse. Elles souffrent souvent par le manque d'empathie des soignants. C'est au médecin de les informer, de les aider et de les accompagner vers ce deuil.

Dans la même rubrique

Néphrologie pédiatrique

Néphrologie pédiatrique

Aspects pratiques et actualités

Les maladies rénales chez l’enfant représentent un lourd problème de santé à travers le monde et sont ...

Lire la suite

Volvulus aigu du grêle fœtal

Volvulus aigu du grêle fœtal

Aspect écho-IRM

A l’occasion des 3es journées d’imagerie de la femme et du fœtus organisées par le Collège national des gynéco-obst...

Lire la suite

TCC de l’enfant et l’adulte

TCC de l’enfant et l’adulte

Thème du 19e Congrès de l’AMTCC

« Les thérapies cognitives et comportementales de l’enfant et l’adulte », tel a été le...

Lire la suite

Maladie cœliaque

Maladie cœliaque

Des complications parfois graves

L’Association marocaine des intolérants et allergiques au gluten (AMIAG), présidée par le Dr Maria Chent...

Lire la suite

Journée mondiale de la sclérose en plaques

Journée mondiale de la sclérose en plaques

Une maladie encore méconnue

« Bringing us closer », tel a été le thème de la journée mondiale de la sclérose en plaques (SEP) célébr...

Lire la suite

Diagnostic de l’hépatite E

Diagnostic de l’hépatite E

De nouveaux tests innovants disponibles

Dans le cadre de la soirée scientifique qui s’est tenue à l’initiative du Syndicat des biologist...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.