Néphrologie pédiatrique

Néphrologie pédiatrique 12 juillet 2018

Aspects pratiques et actualités

Les maladies rénales chez l’enfant représentent un lourd problème de santé à travers le monde et sont souvent négligées dans les pays à faible revenu. Or, les maladies du rein des enfants sont des maladies à vie et la majorité d’entre eux arrivent en phase terminale de la maladie rénale à l'âge adulte.

 

ormation spécialisée en néphrologie pédiatrique dans la cadre de la formation continue, l’« IPNA teaching course Morocco » est organisée par la Société marocaine de néphrologie pédiatrique, avec le soutien de l’International Pediatric Nephrology Association (IPNA). Elle est dispensée dans le cadre d’un cycle de cours et s’adresse aux néphrologues-pédiatres, aux pédiatres, néphrologues, urologues-pédiatres et à tous les professionnels de la santé désireux de débattre autour de la discipline, d’enrichir leurs connaissances et de participer au développement de la néphrologie pédiatrique au Maroc.

Richesse des thèmes

Cette année, la formation a été marquée par la participation du président de la Société internationale de néphrologie pédiatrique pour aider à l’essor de cette discipline aussi bien au Maroc que dans d’autres pays du continent. De nombreux thèmes ont été abordés tels que les anomalies congénitales du rein et des voies urinaires (CAKUT), les maladies rénales héréditaires, les dysfonctions vésicales et la vessie neurologique, les lithiases et la néphrocalcinose ou encore le syndrome polyuro-polydipsique, et des workshops ont été organisés permettant une initiation à l’échographie rénale chez l’enfant et à la dialyse péritonéale en pédiatrie. Cet évènement avait également pour objectif de sensibiliser la population pour protéger les reins de l’enfant et se prémunir contre les risques de la pathologie rénale, maladie silencieuse qui débute bien souvent au cours de l’enfance.

Besoins importants

Sous-estimée, l’insuffisance rénale aigüe (IRA) est un facteur important de morbidité et de mortalité en Afrique. Dans toutes les séries, il apparait que le taux de mortalité liée aux IRA des enfants reste très élevé (50 % à 80 %), alors qu’il existe des techniques d’épuration élaborées et de plus en plus adaptées aux enfants (hémodialyse pédiatrique ou dialyse péritonéale). Mais l’accessibilité à ces techniques est encore un souci dans ces pays, malgré la politique du 0 by 2025, qui prône l’absence de mortalité par IRA en 2025, instituée depuis 2015 par l’Organisation mondiale de la santé et l’International Society of Nephrology (ISN). Par conséquent, de nombreuses pathologies courantes de l’enfant qui se compliquent par une lésion rénale aigüe grèvent son pronostic vital en l’absence d’une épuration extrarénale. Ainsi, une épuration extrarénale empêcherait certainement la mort immédiate des patients présentant une urémie importante. Deux techniques sont disponibles : l’hémodialyse pédiatrique et la dialyse péritonéale. Le choix du mode de remplacement rénal est lié à plusieurs facteurs dont notamment le tableau clinique, l’absence de défaillance multi-organique…Cependant, dans les pays d’Afrique, la dialyse péritonéale semble la solution la plus adaptée en raison de l’accessibilité de la technique dans des zones à revenus faibles. Mais la prise en charge de l’IRA n’a jamais été considérée comme une priorité. Notre challenge consiste donc à contribuer au développement de la dialyse péritonéale et à son accessibilité à la plus grande partie de la population pédiatrique africaine. Cependant, il est nécessaire d’investir dans la formation du personnel et la maintenance avec une implication des gouvernements dans la réalisation de la dialyse péritonéale.

Approche multifactorielle

Les causes de l’IRA ont changé et continuent de changer, et une meilleure compréhension des mécanismes qui sous-tendent sa genèse est un sujet crucial pour la prévention, à condition que son identification soit faite en temps utile. Une approche multifactorielle comprenant la formation, le développement de soins primaires pour la prévention, l’élargissement du diagnostic précoce, le financement de la dialyse pour les nourrissons et les enfants… peuvent aider à prévenir et à mieux gérer l’insuffisance rénale aigüe.

Continent africain 

Des mesures de prévention à mettre en place

D’importants problèmes liés à la maladie rénale menacent le continent africain. Il est donc urgent de mettre en place des mesures de prévention telles que :

Reconnaissance et traitement du risque rénal précoce.

 Utilisation de la bandelette, mesure de la pression artérielle, traitement précoce des infections urinaires, de la glomérulonéphrite aigüe,... 

Diffusion d’informations suffisantes au public pour améliorer les problèmes de diagnostic tardif et modifier certaines habitudes culturelles.

 Développement d’une attitude commune concernant les maladies fréquentes dans le continent : profils de résistance locaux, détection précoce de la maladie rénale liée aux infections…

Sensibilisation des parents sur les risques de la médecine alternative.

 

 

Dans la même rubrique

PHARMACOVIGILANCE

PHARMACOVIGILANCE

11e congrès national de la SMPV

La Société marocaine de pharmacovigilance (SMPV) organise son 11e Congrès national de pharmacov...

Lire la suite

L’insomnie

L’insomnie

Mécanisme

L’insomnie se définit par une insuffisance de sommeil, qu’il s’agisse de la quantité ou de la qualité du sommeil. Elle peu...

Lire la suite

Centre National de Pharmacovigilance

Centre National de Pharmacovigilance

Rapport d’activité 2017

La pharmacovigilance consiste à surveiller la sécurité d’emploi des médicaments et à prévenir les risques d...

Lire la suite

Les céphalées

Les céphalées

 Mécanisme

Les céphalées sont caractérisées par des maux de tête récurrents. Ces affections peuvent être de plusieurs types : la migr...

Lire la suite

Mpharma Day 2018

Mpharma Day 2018

Une édition sous le signe de la créativité

La ville de Skhirat a abrité la deuxième édition de l’événement pharmaceutique Mpharma Da...

Lire la suite

SPACE Cardiologie 2018

SPACE Cardiologie 2018

Débats autour des nouvelles recommandations

Les laboratoires SUN PHARMA, en partenariat avec la Société marocaine de cardiologie (SMC) et l...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.