Hypersensibilité à l’Allopurinol

Hypersensibilité à l’Allopurinol 26 septembre 2018

Risque inutile dans les hyperuricémies asymptomatiques

Le Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc continue de recevoir des cas de DRESS syndrome sous Allopurinol indiqué pour hyperuricémie. Les cas reçus sont graves et nécessitent une prise en charge en milieu spécialisé.

 

L’hyperuricémie qui correspond à un excès d’acide urique mesuré dans le sang doit être explorée par un médecin, même si un traitement n’est pas toujours indiqué. En effet, une étude réalisée a montré que 5 % de la population étudiée et 25 % des patients hospitalisés qui présentaient une hyperuricémie étaient pour la plupart asymptomatiques et ne développeraient jamais de goutte.

Syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse

Le syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse ou Drug Reaction with Eosinophilia and Systemic Symptoms (DRESS) est une forme rare (1/1000), sévère de toxidermie associant des manifestations cutanées et une atteinte systémique. Le délai d’apparition habituel se situe entre 2 et 8 semaines après l’initiation du traitement. Il est d’origine médicamenteuse dans 70 à 90 % des cas et les médicaments les plus souvent suspectés sont l’Allopurinol, les antiépileptiques (phénobarbital, carbamazépine, phénytoïne, lamotrigine), les AINS, la minocycline, la dapsone, certains antirétroviraux (névirapine, abacavir), les sulfamides comme la sulfasalazine, la sulfadiazine et le sulfaméthoxazole, les sels d’or et les inhibiteurs de la pompe à protons. La physiopathologie du DRESS est encore très discutée. L’hypothèse actuelle étant que le DRESS serait la résultante d’une association entre une réaction d’hypersensibilité retardée et une réactivation virale. L’évolution est le plus souvent favorable (pouvant être prolongée de quelques mois à un an même après arrêt du médicament) avec un risque de décès dans 10 % des cas par complications systémiques.

Identifier le risque

Le DRESS syndrome est un effet indésirable médicamenteux rare, grave, pouvant être évitable par la promotion de l’usage rationnel de l’Allopurinol. Sa morbi-mortalité non négligeable doit inciter les médecins à évoquer ce diagnostic en présence de symptômes cliniques, biologiques et de prise médicamenteuse, afin d’envisager une prise en charge adaptée. L’identification et l’interruption précoce du traitement en cause constituent la première mesure essentielle de cette prise en charge. Dans ce cadre, la réalisation d’un historique médicamenteux précis est indispensable. Afin de prévenir l’apparition de DRESS syndrome sous Allopurinol, le CAPM recommande aux professionnels de santé un usage rationnel de l’Allopurinol et préconise de : Respecter les indications de l’allopurinol et de ne pas instaurer de traitement en cas d’hyperuricémie asymptomatique.

Proposer aux patients, en cas d’hyperuricémie, d’adopter des mesures hygiénodiététiques qui consistent à suivre un régime pauvre en aliments contenant une forte teneur en acide urique, de pratiquer une activité physique douce, de s’hydrater suffisamment et régulièrement (1,5 à 2 l d’eau par jour) et de proposer une prise en charge spécifique en cas d’obésité.

Prescrire l’Allopurinol, médicament de référence dans le traitement de l’hyperuricémie, uniquement dans les cas d’hyperuricémie symptomatique, à savoir dans la crise aigüe de goutte et dans le traitement préventif de la récidive de cette crise. 

Instaurer un traitement à base d’Allopurinol de manière progressive à partir de la dose efficace la plus faible.

 Adapter la posologie usuelle en fonction de l’uricémie qui doit être régulièrement contrôlée.

Tenir compte de l’association avec les pénicillines, en particulier l’Amoxicilline et l’Ampicilline qui augmentent de façon notoire de risque de réactions cutanées.

 Informer les patients des risques de survenue de réactions cutanées graves. 

Informer les patients sur la nécessité d’arrêter immédiatement le traitement à base d’Allopurinol en cas de survenue d’une éruption cutanée ou d’autres signes d’hypersensibilité.

Procéder à un interrogatoire poussé avant la prescription : antécédents d’allergies, prise concomitantes d’autres produits de santé…

 Notifier tous les cas au centre de pharmacovigilance afin d’identifier le médicament suspect, de permettre un recensement des atteintes, de participer à une meilleure connaissance de cette pathologie médicamenteuse grave et d’améliorer la sécurité du patient.

Référence

- Sukasem C1, Jantararoungtong T2, Kuntawong P3, Puangpetch A2, Koomdee N2, Satapornpong P3, Supapsophon P4, Klaewsongkram J5, Rerkpattanapipat T6. HLA-B (*) 58 : 01 for Allopurinol-Induced Cutaneous Adverse Drug Reactions : Implication for Clinical Interpretation in Thailand. Front Pharmacol. 2016 Jul 18 ; 7 : 186.
- Frédéric Lioté*, Thomas Bardin. Traitement de la goutte. Revue du Rhumatisme 74 (2007) 160 –167.
- Lebrun-Vignes, L. Valeyrie-Allanore. Cutaneous adverse drugreactions B. VIGItox n°41, Septembre 2009
- Référence(s) officielle(s) : Agence française de la sécurité de médicaments ANSM 22/09/2014

 

 

Dans la même rubrique

PHARMACOVIGILANCE

PHARMACOVIGILANCE

11e congrès national de la SMPV

La Société marocaine de pharmacovigilance (SMPV) organise son 11e Congrès national de pharmacov...

Lire la suite

L’insomnie

L’insomnie

Mécanisme

L’insomnie se définit par une insuffisance de sommeil, qu’il s’agisse de la quantité ou de la qualité du sommeil. Elle peu...

Lire la suite

Centre National de Pharmacovigilance

Centre National de Pharmacovigilance

Rapport d’activité 2017

La pharmacovigilance consiste à surveiller la sécurité d’emploi des médicaments et à prévenir les risques d...

Lire la suite

Les céphalées

Les céphalées

 Mécanisme

Les céphalées sont caractérisées par des maux de tête récurrents. Ces affections peuvent être de plusieurs types : la migr...

Lire la suite

Mpharma Day 2018

Mpharma Day 2018

Une édition sous le signe de la créativité

La ville de Skhirat a abrité la deuxième édition de l’événement pharmaceutique Mpharma Da...

Lire la suite

SPACE Cardiologie 2018

SPACE Cardiologie 2018

Débats autour des nouvelles recommandations

Les laboratoires SUN PHARMA, en partenariat avec la Société marocaine de cardiologie (SMC) et l...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.