Roche Nurse Training Day Neurology

Roche Nurse Training Day Neurology 16 janvier 2019

Une édition couronnée de succès

Les laboratoires Roche ont organisé le 10 novembre dernier le Roche Nurse Training Day Neurology, un événement entièrement dédié aux infirmier(e)s exerçant dans les services de neurologie. Le programme de cette manifestation comportait plusieurs sessions et workshops tous axés sur la prise en charge de la sclérose en plaques.

 

animé et modéré par plusieurs experts nationaux et internationaux de renom, le Roche Nurse Training Day Neurology a été organisé sous l’égide la Société marocaine de neurologie (SMN), la Société marocaine de la sclérose en plaques (SMASEP), l’Alliance des neurologues libéraux du Maroc (ANLM), l’Association marocaine des paramédicaux en neurologie (AMPN) et l’Association marocaine des malades atteints de sclérose en plaques (AMMASEP). Cet événement a permis de renforcer les connaissances des infirmier(e)s en matière de prise en charge de la sclérose en plaques à travers plusieurs communications scientifiques et workshops pratiques et a mis l’accent sur leur rôle important et incontournable dans le soutien et l’éducation thérapeutique des patients souffrant de cette maladie chronique et bien souvent invalidante.

De nombreuses insuffisances

L’événement a aussi été l’occasion de dresser un état des lieux de la prise en charge de la sclérose en plaques et de mettre la lumière sur cette pathologie neurologique qui toucherait entre 6 000 et 8 000 personnes au Maroc. « Sur le plan épidémiologique, le Maroc est classé parmi les pays où la prévalence de la maladie est faible à moyenne, soit entre 10 et 20 malades environ pour 100 000 habitants. Cette pathologie touche surtout les adultes jeunes âgés entre 20 et 40 ans et est responsable d’un handicap qui peut être sévère », a expliqué le Pr Yassine Mebrouk, professeur de neurologie et chef de service de neurologie au CHU Mohammed VI d’Oujda. Il a ajouté que la prise en charge de cette pathologie au Maroc souffre de nombreuses insuffisances, notamment d’une pénurie de médecins et infirmier(e)s spécialistes en neurologie. « Nous ne disposons en tout et pour tout que de 200 neurologues au Maroc. De plus, ils sont très mal répartis sur le territoire national, la plupart étant concentrés dans l’axe Casablanca-Rabat-Kénitra. Les patients habitant loin des grandes villes ont ainsi des difficultés à accéder aux soins », a-t-il indiqué. Les difficultés d’accès aux médicaments est une autre problématique évoquée par le spécialiste qui complique grandement la prise en charge des patients. « Dans un contexte caractérisé par la faiblesse du taux de couverture médicale, bon nombre de patients n’arrivent pas à accéder aux médicaments prescrits par leur médecin traitant. A titre d’exemple, parmi tous les patients pris en charge dans le cadre du Ramed, seuls 30 à 40 % d’entre eux bénéficient actuellement des traitements de fond au niveau des CHU du Royaume », a-t-il souligné.

Importance de la formation continue

Pour pallier ces insuffisances, le Pr Yassine Mebrouk préconise d’une part, de renforcer la formation continue des infirmier(e) s en neurologie vu leur polyvalence et le rôle important qu’ils jouent dans la prise en charge des patients atteints de sclérose en plaques et, d’autre part, d’ouvrir plus de postes de résidanat dédiés à la neurologie ; en plusd’encourager les médecins généralistes qui désirent se spécialiser à opter pour cette discipline. Il a également souligné l’importance d’augmenter les budgets alloués par les hôpitaux à l’achat des médicaments utilisés dans le traitement de la sclérose en plaques afin de permettre aux patients d’accéder plus facilement à ces thérapeutiques. Concernant les nouveaux traitements, il a appelé à renforcer la formation médicale continue des neurologues afin de leur permettre de maitriser l’utilisation des nouveaux médicaments récemment mis sur le marché. Intervenant dans le cadre de la session dédiée aux traitements de la sclérose en plaques, le Pr Jérôme De Seze, neurologue au CHU de Strasbourg en France, a expliqué que le choix des thérapeutiques doit être basé sur plusieurs critères, notamment le profil du patient (sexe, âge, présentation des poussées dues à la sclérose en plaques, résultats de l’imagerie par résonance magnétique…). « Le plus souvent, nous commençons par un traitement de première ligne. Si ce traitement ne permet pas d’améliorer l’état du patient, le neurologue opte pour un traitement de deuxième ligne. Dans 10 à 15 % des cas, nous proposons un traitement de deuxième ligne d’emblée », a expliqué le Pr De Seze. Il a également abordé l’intérêt des nouveaux anticorps monoclonaux, des traitements innovants qui ont ouvert des perspectives prometteuses dans la prise en charge de cette pathologie. « Contrairement aux anciens immunosuppresseurs, les anticorps monoclonaux bloquent uniquement certains récepteurs et pas tout le système immunitaire. Leur intérêt réside dans le fait qu’ils permettent de bloquer le cœur de l’inflammation qui constitue la problématique majeure de la sclérose en plaques, en tout cas dans les premières années de la maladie », a-t-il précisé.

Rôle clé de l’infirmier

Outre les traitements, les participants ont débattu de la place de l’infirmier dans la prise en charge des malades. Les intervenants et les modérateurs de l’événement ont ainsi insisté sur le rôle clé des professionnels de santé. Ils ont expliqué que les infirmier(e)s, surtout ceux qui bénéficient d’une formation spécifique, assurent de nombreuses missions vitales, notamment l’éducation thérapeutique des patients. « L’infirmier occupe une place centrale dans la prise en charge de la sclérose en plaques. De par sa proximité avec le patient, il peut le sensibiliser par exemple à l’importance de l’observance thérapeutique et lui fournir des conseils pratiques sur la gestion des effets secondaires liés aux traitements. Pour mener à bien ses missions, il doit avoir des connaissances poussées sur la maladie et son évolution, d’où l’importance de la spécialisation », a expliqué Mme Béatrice Lefaux, infirmière au service de neurologie du CHU de Strasbourg et coordinatrice du réseau « Alcasep ».

Soutenir les patients

Parmi ses missions, l’infirmier(e) doit également veiller à soutenir psychologiquement les patients, surtout dans les moments difficiles, notamment lors des poussées dues à la maladie. Il peut aussi orienter le patient en cas de besoin vers un psychologue pour qu’il puisse bénéficier d’une prise en charge psychologique plus adaptée. Afin de permettre aux participants de se familiariser davantage avec les techniques de soutien des patients atteints de sclérose en plaques, le comité d’organisation du Roche Nurse Training Day a programmé un workshop dédié à ce sujet. A l’issue de la journée, les participants ont plébiscité la qualité des orateurs et du programme. « En tant que présidente de l’Association marocaine des paramédicaux en neurologie, je tiens à remercier vivement les laboratoires Roche et tous les intervenants qui ont contribué à la réussite de cet événement d’envergure. Cette journée nous a permis d’acquérir de nouvelles compétences qui nous seront sans doute très utiles dans notre pratique quotidienne », a souligné Mme Naima Driouech, infirmière spécialisée en neurologie qui a présenté lors de la journée les objectifs de l’Association marocaine des paramédicaux en neurologie (AMPN), un organisme nouvellement créé qui vise à regrouper tous les paramédicaux exerçant au sein des services de neurologie. Il est à noter que la journée a également été marquée par le témoignage émouvant de Mme Rachida Tennouri, présidente de l’Association marocaine des malades atteints de sclérose en plaques (AMMASEP), qui a souligné, entre autres, les difficultés auxquelles font face les personnes atteintes de sclérose en plaques au quotidien au Maroc.

Dans la même rubrique

Troubles de la statique pelvienne et névralgie pudendale

Troubles de la statique pelvienne et névralgie pudendale

Thème d’une table ronde à Casablanca

La L’Association marocaine d’urodynamique et de pelvipérinéologie, présidée par le Dr Hassine...

Lire la suite

Sages-femmes

Sages-femmes

« Notre quotidien n’est pas du tout rose »

A l’occasion de la journée mondiale de la sage-femme, l’Association nationale des sages-...

Lire la suite

3e édition « HER2 Innovations »

3e édition « HER2 Innovations »

Le point sur les thérapies ciblées anti-HER2

Les laboratoires Roche ont organisé la troisième édition du « HER2 Innovations », un évé...

Lire la suite

Système de santé

Système de santé

Thème d’une table ronde à l’ENCG

« Système de santé au Maroc : entre réalités et perspectives », tel a été le thème de la table...

Lire la suite

Vaccination

Vaccination

Impliquer davantage le secteur privé

vaccination, les sociétés savantes pédiatriques ont organisé une rencontre de sensibilisation à l...

Lire la suite

Santé sexuelle et reproductive

Santé sexuelle et reproductive

Insister sur l’importance de l’éducation à la sexualité 

Le Laboratoire de santé sexuelle de la Faculté de médecine de Casablanca, ...

Lire la suite

Copyright © 2019 Doctinews.

All rights reserved.