Exercice médical

En réponse à la demande des confrères, Doctinews va dédier une page régulière au droit à la santé. Cette initiative se veut aussi un espace d’échange ouvert aux confrères pour poser des questions ou proposer des thèmes.

Grand besoin d’éveil des consciences

L’exercice de la médecine s’est construit comme une rencontre entre une conscience et une confiance. La confiance naît d’un espoir du patient d’être délivré du fardeau de la souffrance et devient une plainte lorsqu’elle a recours au langage. Le malade souhaite accorder sa confiance aux médecins et aux soignants. Cependant, la possibilité actuelle de disposer de connaissances sur sa maladie le fait douter du risque du pouvoir excessif du soignant, pouvant mettre en cause cette confiance. Cette confiance est nécessaire en raison de la singularité de chaque acte médical car, à chaque fois, il s’agit d’un être qui est soigné et non pas d’une maladie.

Doctinews N°90 Juillet 2016

Par le Pr Amal Bourquia
Professeur de néphrologie, diplômé en éthique de la santé, droits de l'homme et morales, membre de l'observatoire mondial de l'éthique (UNESCO)

L

’expérience participe à la formation de la conscience qui n’est jamais ni formée une fois pour toutes ni basée sur des certitudes définitives. L’important est de considérer que la conscience doit être en éveil permanent pendant l’exercice médical. La tradition médicale nous impose de prendre une décision, en « notre âme et conscience », et nous avons un besoin permanent de vérification de nos pensées par la discussion avec les autres et la confrontation avec d’autres consciences et expériences. Ainsi, l’exercice médical et soignant n’est vraiment accompli qu’à la mesure de l’éveil des consciences de chacun de ses acteurs. D’ailleurs, l’éthique collective n’est possible que par l’existence d’une éthique de chaque personne.

Aptitude à juger
Chaque acte médical repose sur des connaissances pratiques et scientifiques sans lesquelles il n’y a pas de soins ni même d’éthique possibles. Cette connaissance s’exerce dans le respect des exigences de l’exercice médical, à savoir le respect de la norme déontologique supervisée par l’Ordre des médecins et le respect des règles d’éthique médicale, l’objectif principal étant d’éviter les risques de dérives personnelles. La conscience est l’aptitude à juger du Bien et du Mal. Elle comporte aussi l’engagement sur le jugement pris mettant en jeu sa propre responsabilité. La conscience n’est ni abstraite, ni spontanée, elle s’éveille parce qu’elle n’est pas une faculté immédiate.

Soignants et soignés concernés
Les différentes règlementations et les comités d’éthique ne remplacent pas la nécessité d’une conscience en éveil de chaque acteur du monde de la santé, et peut s’étendre aux malades et aux familles. Quand l’abord du patient comporte un échange et une bonne communication, il s’inscrit dans une visée éthique. Il y a une éthique de l’administration des soins, mais aussi une éthique de leur sollicitation et de leur réception. La réflexion éthique appelle chaque soigné autant que chaque soignant et il faudra toujours s’interroger sur les voies et moyens de les faire progresser ensemble.

Une vertu
L’éveil de la conscience rappelle en permanence l’égalité en valeur de toutes les personnes, sans jamais négliger l’amoindrissement de l’autre, en veillant sans cesse à l’entière dignité de tout homme. L’éveil de la conscience est une vertu comme l’honnêteté et le dévouement, aidant à la prise de bonnes décisions. Cependant, même les personnes consciencieuses ne sont souvent pas à l’abri d’une mauvaise décision. Le médecin doit toujours agir selon sa conscience et dans le meilleur intérêt du patient, en lui garantissant autonomie et justice. La conscience du médecin, plus que le droit ou les pouvoirs disciplinaires, est le meilleur moyen d’empêcher les violations des droits humains. Il est important de chercher à sensibiliser la conscience du médecin et de la maintenir en éveil car sur elle repose toute prise de décision juste et éthique. « On n’est jamais quitte puisque rien n'est jamais achevé » ! Il en va de l’avenir et du sens de l’exercice médical.

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.