Droit à la santé

En réponse à la demande des confrères, Doctinews va dédier une page régulière au droit à la santé. Cette initiative se veut aussi un espace d'échange ouvert aux confrères pour poser des questions ou proposer des thèmes.

Responsabilité environnementale du médecin

Selon l'OMS, 13 millions de décès par an sont causés par des phénomènes environnementaux. La prévention du risque environnemental pourrait sauver jusqu'à 4 millions de vie par an. La protection de la santé et le bien-être des populations font partie de la responsabilité du corps médical et des professionnels de santé. La communauté active dans le domaine de la santé doit donc toujours œuvrer pour mettre en place un comportement respectueux de l'environnement dans ses activités.

Doctinews N°92 Octobre 2016

Par le Pr Amal Bourquia
Professeur de néphrologie, diplômé en éthique de la santé, droits de l'homme et morales, membre de l'observatoire mondial de l'éthique (UNESCO)

L

es modifications climatiques et les changements environnementaux inquiètent de plus en plus la communauté médicale à l'échelle mondiale. Ils font apparaitre le rôle que peuvent jouer les associations médicales professionnelles, en particulier pour une prise de conscience et la défense de l'intérêt des populations.
Deux aspects apparaissent prioritaires : créer des pratiques de santé respectueuses de l'environnement et rendre les associations médicales plus écologiques.

Gestion des déchets
Il existe de nombreuses façons de contribuer à rendre nos pratiques quotidiennes plus respectueuses de l'environnement à travers une gestion plus sage des déchets. A titre d'exemple, on peut citer le recyclage des déchets non dangereux, en réduisant l'usage de papier grâce à l'utilisation des fichiers médicaux électroniques. La construction des structures médicales peut aussi être pensée pour une utilisation plus efficace de l'énergie.
Il est à rappeler que 80 % des déchets en relation avec les soins de santé sont des déchets classiques non dangereux.
En ce qui concerne les déchets médicaux dangereux, qui représentent presque 20 % des déchets, nous avons pour responsabilité de nous assurer de leur devenir. Ils peuvent être infectieux, toxiques ou radioactifs. L'exemple le plus courant est celui de l'usage des injections, estimé à environ 16 milliards, sachant que toutes les aiguilles et les seringues usagées ne sont pas correctement éliminées.

Education et protection
Le corps médical et les professionnels de santé ont le devoir d'être des leaders et d'éduquer les patients et les équipes aux bénéfices de l'écologie sur la santé et l'environnement.
Les professionnels de santé doivent tous œuvrer pour que le lien entre la pollution de l'environnement et la santé soit reconnu et que des mesures soient mises en place. Il est aussi de notre devoir de protéger les populations, en particulier les plus fragiles, comme les enfants et les personnes âgées.

Pratiques respectueuses
De leur côté, les regroupements professionnels médicaux comme les associations et les sociétés savantes peuvent se mobiliser pour réduire l'empreinte carbone dans toutes leurs activités, et ce dans le cadre d'un effort global destiné à s'orienter vers des pratiques vertes.
Plus globalement, le monde de la santé, et les médecins en particulier, doivent s'obliger à être exemplaires dans le respect du principe d'Hippocrate : « D'abord ne pas nuire, ensuite soigner ». Ne pas nuire à la santé de la population revient à ne pas porter un « préjudice écologique » en respectant l'environnement. Notre devoir de prévention et d'éducation doit aussi prévaloir dans ce domaine.

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.