Actualités

Les personnes âgées en situation précaire au cœur d’une action de solidarité Rotarienne

Le Rotary Club de Casablanca Marina en partenariat avec la Préfecture de Hay Hassani, l’INDH, l’Association ATAAZOR et le ministère de la Santé, inaugure le centre d’accompagnement de la personne âgée appelé Essafa , le vendredi 23 avril 2021 à 14H30 . 

Les grandes lignes de la réforme du système de santé 

Le chantier de la réforme du système de santé est basé sur la consécration d'une nouvelle gouvernance visant à renforcer les mécanismes de législation et de contrôle du travail des intervenants, et à consolider la gouvernance hospitalière et la planification territoriale de l'offre de santé.

Le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers

Les médecins étrangers vont bientôt pouvoir exercer au Maroc. C’est une première. L’information est de taille mais est presque passée inaperçue. Pourtant, l’annonce a été faite par Mohamed Benchaaboun, lors de son allocution devant le Souverain dans le cadre du lancement de la généralisation du système de la couverture sociale, le 14 avril 2021, au Palais royal de Fès. Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a indiqué que la généralisation de la couverture médicale nécessite de relever un ensemble de défis qui concernent en particulier le faible taux d’encadrement médical, l’important déficit en ressources humaines et leur répartition géographique inégale. Ainsi, pour lutter contre le déficit en matière de cadres sanitaires, il sera procédé à l’ouverture de la pratique de la médecine aux compétences étrangères, l’encouragement des établissements internationaux de santé à travailler et à investir au Maroc.

Les médecins libéraux intègrent bientôt le régime

Après avoir signé les conventions-cadres fixant les échéances pour les professions, non réglementées, et comprenant, un grand effectif de professionnels indépendants (les agriculteurs, commerçants et les artisans), le gouvernement se tourne, maintenant, vers les professions réglementées.

Création d’un institut de formation

Une convention-cadre pour la création d'un institut de formation professionnelle dans les métiers de l’industrie pharmaceutique a été signée, vendredi à Casablanca, dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle feuille de route pour le développement de la formation professionnelle, présentée en avril 2019 devant le Roi Mohammed VI.

Cette convention-cadre répond à l’objectif d’améliorer la formation professionnelle axée sur les métiers de l’industrie pharmaceutique, tout en rapprochant l’offre de formation des besoins en compétences du secteur.

Elle vise une meilleure mise en convergence entre les partie signataires, pour la création d’un institut de formation professionnelle dans les métiers de l’industrie pharmaceutique, l’élaboration d’un répertoire emploi/métier (REM) et d’un référentiel emploi/compétence (REC) pour déterminer les compétences nécessaires aux postes et fonctions de travail identifiés, ainsi que pour la mise en place d’une offre de formation professionnelle adaptée aux besoins du secteur (formation initiale, formation qualifiante et continue …), précise un communiqué conjoint du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur de la Formation professionnelle et de la Recherche scientifique, du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique et de la CGEM.

 « La mise en place de cet Institut va renforcer le dispositif des établissements de nouvelle génération, déjà mis en place dans le cadre du partenariat public-privé dans les secteurs à forte valeur ajoutée, tels que l’Aéronautique, l’Automobile, le textile habillement et les énergies renouvelables, et qui ont montré leur efficacité en matière de l’adéquation formation/emploi », précise Saaid Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur de la Formation professionnelle et de la Recherche scientifique.

De son côté, le ministre de l’industrie Moulay Hadid Elalamy avance que le secteur pharmaceutique,» est un secteur prometteur qui regorge de débouchés, grâce au savoir-faire de nos entreprises, à la qualité de la production nationale et à la proximité avec les marchés potentiels ».

Mettant en exergue la dynamique que connaît l’industrie pharmaceutique au plan national, à travers notamment le lancement de projets d’envergure dans la production locale de médicaments biosimilaires et génériques et la création d’unités de production de vaccins et sérums pour le marché local, le ministre de l’industrie a précisé que cet institut sera appelé à accompagner et à accélérer le développement de cette industrie visant à assurer l’autosuffisance et à renforcer le positionnement de la production locale.

« Ce nouvel institut contribuera, notamment, à la consolidation des compétences médicales pour répondre à une demande, qui augmentera à un rythme rapide avec la mise en œuvre de ce chantier social et sociétal d’envergure », ajoute pour sa part Chakib Alj, président de la CGEM, précisant qu’il permettra aussi de former en adéquation avec les besoins de ce secteur vital et d’avoir les compétences nécessaires pour qu’il puisse encore mieux s’exporter vers d’autres pays.

« Le concept des instituts de formation à gestion déléguée donne de très bons résultats en termes d’adéquation formation-emploi et donc d’intégration des lauréats dans le marché du travail, en adéquation avec la feuille de route royale relative à la formation professionnelle », a-t-il-argué.

La convention a été signé par le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur de la Formation professionnelle et de la Recherche scientifique,  Saaid Amzazi, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique, Moulay Hafid El Alamy, le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj, et le président de la Fédération marocaine de l’industrie et de l’innovation pharmaceutiques (FMIIP), Ali Sedrati.

 

Source : Médias24

 

Le ministère public saisi pour mettre fin à la vente de médicaments sur internet

Plusieurs réunions ont été tenues, entre la Direction de la Pharmacie et du Médicament (DMP) et le ministère public, permettant d'enclencher un processus pour mettre fin à la vente illégale des médicaments, sur internet, notamment les réseaux sociaux.

3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI

Lors de la cérémonie de lancement du projet de généralisation de la couverture sociale présidée, ce mercredi 14 avril, par SM le Roi Mohammed VI, trois conventions-cadres portant sur la généralisation de l’Assurance maladie obligatoire de base au profit de la catégorie des professionnels et travailleurs indépendants et personnes non-salariées exerçant une activité privée ont été signées.

L’USMBA de Fès se penche sur la sécurité en médecine nucléaire

La sécurité nucléaire et radiologique fait désormais partie du champ de recherche de l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Dernièrement, l’université a réuni un parterre d’experts et de chercheurs pour débattre des problématiques de l’utilisation du nucléaire dans le secteur de la santé.

Bientôt des autotests de dépistage du VIH dans les pharmacies

Des autotests de dépistage du VIH seront bientôt disponibles dans les pharmacies, selon nos informations.

Des médecins américains testent un vaccin personnalisé contre le cancer

Des médecins américains travaillent sur un nouveau traitement contre le cancer : un vaccin personnalisé, préparé à base d'échantillons de la tumeur du patient, pour maximiser son efficacité. Pour le moment, seulement un essai clinique de phase I a été lancé, mais les résultats sont prometteurs.

Des séances d’éducation thérapeutique pré-Ramadan au CHU de Fès

Au cours de ces séances, le patient fournit aux professionnels de santé des données sur le type et la durée de diabète, les complications dégénératives si elles existent, la nature du traitement et l’expérience de jeûne antérieure, avant qu’une évaluation sociale et du degré d’autonomie ne soit effectuée pour définir les complications et les risques que pourrait représenter le jeûne.

Retard d’ouverture du CHU de Tanger, résidents et internes dans l’expectative

Les médecins résidents et internes de Tanger déplorent le manque d'équipements dans les centres hospitaliers provinciaux et régionaux. Pour autant, aucune date, pour l'heure, n'a encore été communiquée sur l'ouverture du CHU de Tanger.

Page 1 sur 346

Copyright © 2021 Doctinews.

All rights reserved.