Pré-éclampsie

Pré-éclampsie 24 octobre 2022

Ce qu’il faut savoir sur cette pathologie très peu connue

La pré-éclampsie est une maladie qui survient durant la grossesse et peut avoir de lourdes conséquences pour la maman et le fœtus. Quels sont les symptômes de la pré-éclampsie ? Comment traiter cette pathologie ? On fait le point avec la docteure Majidi Sara, gynécologue-obstétricienne.

« La pré-eclampsie est une maladie qui touche environ 3 à 4 % des grossesses dans le monde. Cette pathologie peut apparaître à la fin du second trimestre de la grossesse (dès 20 semaines d'aménorrhée) et qui associe hypertension artérielle (une tension artérielle supérieure à 14/9) et protéinurie (protéines dans les urines supérieures à 0,3 g/24 h) », explique la gynécologue-obstétricienne.

« On la détecte lors du rendez-vous mensuel chez les gynécologues en cas de tension élevée ou de protéines à la bandelette urinaire », souligne la spécialiste.

Et d’ajouter que « les principaux facteurs de risques de la pré-éclampsie sont : l'âge maternel élevé, une hypertension artérielle chronique, une primiparité (1er enfant), un antécédent familial ou personnel de pré-éclampsie ».

D’après Dr.Majidi Sara, la pathologie se manifeste par « des céphalées (maux de tête), des troubles visuels, des bourdonnements d’oreille, un phosphène (mouches devant les yeux) et une barre épigastrique (douleur partie haute de l’abdomen) ».

« Lorsqu’une pré-éclampsie se déclare, il est important d’être suivie par un professionnel de la santé. Les médecins en charge de la grossesse de la femme devront vérifier certains critères afin de s'assurer qu'il ne s'agit pas d'une pré-éclampsie sévère comme la tension artérielle (la pression systolique ne doit pas être égale ou supérieure à 160 mmHg et la pression diastolique ne doit pas être égale ou supérieure à 110 mmHg), la protéinurie (qui ne doit pas être supérieure à 3 g par 24 heures), les plaquettes sanguines (cellules qui participent à la coagulation du sang) qui ne doivent pas diminuer, une douleur abdominale ou encore céphalées (maux de tête) sévères ne répondant pas au traitement », souligne la gynécologue-obstétricienne.

 

Source : 2m.ma

dans la même rubrique

Recherche médicale

Recherche médicale

Un nouvel outil pour combattre la récidive du cancer du poumon

Des chercheurs des universités canadiennes de Laval et Mc...

Journée mondiale contre le cancer 2023

Journée mondiale contre le cancer 2023

« Combler les lacunes en matière de soins »

La Journée mondiale contre le cancer vise à promouvoir la sensibilisation...

Couverture médicale

Couverture médicale

Le gouvernement veille au développement des volets relatifs à la gestion de la gouvernance

Le ministre délégué charg...

Réforme de santé

Réforme de santé

Les biologistes médicaux souhaitent participer au changement

La biologie médicale connaît des évolutions scientifiques...

AMRC

AMRC

Les Marocains ont 12% de risque de contracter un cancer avant 75 ans

Le cancer est l'une des principales causes de mortali...

Ministère de la Santé

Ministère de la Santé

L'Institut national d’hygiène maintient la certification ISO pour son système de management de la qualité

L'Institut ...

dans la même rubrique

Covid-19

Covid long

Covid-19

Covid-19

Hiver

Covid-19

Copyright © 2023 Doctinews.

All rights reserved.