Médecine d’urgence

Médecine d’urgence 20 octobre 2021

Les experts plaident pour la réorganisation des filières de soins

Création d’Unités pédagogiques et de recherche, généralisation de la vaccination anti-Covid, promotion du rôle de la régulation médicale…sont parmi les recommandations issues de la 5ème édition du congrès international de la Société marocaine de médecine d’urgence (SMMU), tenue récemment à Rabat. En effet, lors de cette rencontre, les experts marocains et étrangers ont souligné la nécessité de promouvoir la médecine d’urgence au Maroc.

«C’est une discipline qui constituera la seule locomotive de développement de la prise en charge dans nos structures d’urgences, que ce soit dans la gestion des situations critiques ou de l’organisation des filières de soins, conformément aux principes du nouveau modèle de développement marocain», lit-on dans les recommandations publiées à l’issue de ce congrès.

 

Qualification des opérateurs des services d’urgences

Pour les intervenants, l’amélioration des prestations dans les services d’urgences exige une qualification du personnel soignant, l’ouverture de postes d’enseignement, la spécialisation et la formation professionnelle continue. Pour ce faire, ils recommandent d’une part la création d’Unités pédagogiques et de recherche (UPR) dans toutes les facultés de médecine et des Centres d’enseignement des soins d’urgences (CESU) dans tous les centres hospitaliers. Les intervenants ont suggéré d’autre part une réorganisation de la prise en charge des urgences et des soins non programmés pour rationaliser les conduites et faire face à l’augmentation significative du nombre de passages aux urgences pour des soins qui ne revêtent pas toujours un caractère urgent.

 

Promotion du rôle de la régulation médicale

Afin d’améliorer la prise en charge préhospitalière et l’adaptation de l’orientation des patients en inter-hospitalier, les experts plaident en effet pour la mise en valeur de la régulation médicale et des services d’aide médicale urgente (SAMU) régionaux. Ils recommandent en effet la rationalisation des conduites pratiques concernant le transport sanitaire urgent par la limitation des intervenants et la redéfinition des rôles et limites de chacun d’eux, mais aussi par un contrôle régulier des moyens humains et matériels mis en œuvre dans cette activité de soins. Les experts préconisent de plus d' utiliser «la simulation en santé», comme moyen pédagogique dans l’enseignement de la médecine et des sciences de la santé pour son intérêt didactique. Cela à travers la mise à la disposition des enseignants et des formateurs du matériel permettant d’exposer les étudiants à des situations cliniques habituelles ou critiques, qu’il est difficile d’appréhender en tant qu’acteurs dans d’autres contextes.

 

Source : Aujourd'hui le Maroc 

 

dans la même rubrique

Médicament

Médicament

 Le Royaume-Uni approuve le traitement de GSK contre le covid

L’agence britannique du médicament britannique (MHRA) an...

ONU

ONU

La lutte contre le VIH passe par un accès aux soins "sans stigmatisation"

La lutte contre le VIH/Sida passe par l'accès aux servic...

Maroc

Maroc

Les tarifs de 21 médicaments revus à la baisse

Le ministère de la Santé a publié dans le

Maroc

Maroc

Le ministère de la Santé lance la campagne nationale de dépistage des MST-SIDA en milieu universitaire

A l'occasion de ...

Assemblée Mondiale de la Santé

Assemblée Mondiale de la Santé

Le Maroc pour l'élaboration d’un texte juridique sur la préparation aux situations d’urgence sanitaire

Présentant l...

Crise sanitaire et santé mentale

Crise sanitaire et santé mentale

Quelle réduction des risques ?

MAPA (Association de médecine addictive et pathologies associées), Orion Médias et Apho...

dans la même rubrique

Covid-19

Covid-19

Covid-19

Covid-19

Covid-19

Covid-19

Copyright © 2021 Doctinews.

All rights reserved.