Connectez-vous pour profiter de doctinews en illimité

Facebook Login

ou
Entrez votre adresse e-mail

saisissez le mot doctinews

En cliquant sur « Se connecter », je reconnais avoir pris connaissance des Conditions Générales d’Utilisation et de la Politique de Protection des Données et je les accepte.

Archives

IIe Journée de l’auto-immunité

Les prédispositions génétiques au cœur des débats

Doctinews N° 50 Décembre 2012

L’Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) a organisé le 24 novembre dernier à Casablanca la deuxième journée de l’auto-immunité sous le thème « Prédisposition génétique et maladies auto-immunes et systémiques ». De nombreux spécialistes marocains et étrangers ont pris part à cet événement scientifique, notamment le Pr Loïc Guillevin, président de la société française de médecine interne et président d’honneur d’AMMAIS.

Khadija-Moussayer Khadija Moussayer

Son exposé a été axé sur les prédispositions génétiques dans les vascularites. Les débats ont surtout porté sur les spondylarthropathies et la maladie de cœliaque, deux pathologies auto-immunes liées à la génétique. En effet, 10 % des parents du 1er degré des cœliaques présentent un risque de développer la maladie. Dans le cas de la spondylarthrite, environ 20 % des collatéraux du 1er ou 2e degré du malade sont atteints de spondylarthropathies. « La prédisposition génétique de ces maladies est fortement liée au système d’HLA (Human leucocyte antigène - NdlR), une sorte de code barre situé à la surface des cellules qui permet au système immunitaire de différencier le soi par rapport au non soi », a expliqué le Dr Khadija Moussayer, présidente d’AMMAIS. D’autres pathologies auto-immunes peuvent avoir une origine génétique, notamment le diabète de type 1 qui touche 0,2 % de la population. « Cette prévalence augmente à 15 % pour le frère ou la sœur d’un diabétique si leur HLA est identique et à 40 % chez des jumeaux homozygotes qui ont le même patrimoine génétique et donc le même HLA. En d’autres termes, si l’un des jumeaux est diabétique, l’autre le sera aussi dans la moitié des cas », a indiqué le Dr Moussayer qui a par ailleurs souligné que les recherches scientifiques ont permis de mieux comprendre les dysfonctionnements immunitaires de l’organisme et de mettre au point des traitements plus innovants. « Nous vivons actuellement une vraie révolution scientifique car nous sommes aujourd’hui capables de pénétrer dans « l’intimité des molécules » pour appréhender leurs dysfonctionnements les plus ténus. L’utilisation des biothérapies démontre notre nouvelle capacité à viser au plus près de la source des défaillances immunologiques de l’organisme », a-t-elle souligné. « En tant que professionnels de la santé, nous avons besoin de connaître toutes les avancées scientifiques en matière de génétique et d’immunologie afin de mieux comprendre les maladies auto-immunes et innover dans notre pratique quotidienne », a affirmé l’interniste.
Au total, tous ces sujets ont fait l’objet d’interventions de la part successivement des Pr ou Dr Amal Zerrak, Abdelhamid Mohattane, Bouchaib Elmessaoudi, Corinne Miceli-Richard, Souad Ouhadi, Nawal Kanouni, Fouzia Chraibi, Said El Kettani et Fatima Ailal. Des précisions ou éclairages particuliers ont également été apportés par les modérateurs, les Pr ou Dr Ali Hda, Khalil Bourezgui, Hassan Elkabli, Redouane Niamane, Ahmed Adlouni, Abdelhaq Abkari, Sellama Nadifi et Saïd Nejjar.

Copyright © 2023 Doctinews.

All rights reserved.