Connectez-vous pour profiter de doctinews en illimité

Facebook Login

ou
Entrez votre adresse e-mail

saisissez le mot doctinews

En cliquant sur « Se connecter », je reconnais avoir pris connaissance des Conditions Générales d’Utilisation et de la Politique de Protection des Données et je les accepte.

Archives

Burn-out des soignants: Cet inquiétant phénomène

Doctinews N°22 Mai 2010

Médecins, pharmaciens et infirmiers, vous vous sentez démotivés dans votre travail, stressés, vous doutez de vos compétences, vous avez le sentiment d’être traités injustement et de perdre tout contrôle sur votre environnement au travail ? Pensez au syndrome de l’épuisement professionnel. Peut-être s’est-il déjà emparé de vous !

Ismail_Berrada Ismail BERRADA

encore Tabou chez nous, le burn-out ne devrait pas être traité à la légère. Sous d’autres cieux, il fait l’objet de nombreuses études et conférences.


Encore tabou chez nous, le burn-out est pourtant un sujet impossible à négliger. Sous d’autres cieux, il fait l’objet de nombreuses études et conférences. Défini pour la première fois par Freudenberger, en 1974, ce syndrome se caractérise par des troubles somatiques, psychiques et comportementaux chez des sujets sans psychopathologie antérieure et qui avaient toujours présenté un niveau acceptable de travail. Touchant tous les métiers, sans exception, il affecte surtout les personnes engagées dont les activités ont trait à la relation d’aide, autrement dit, toutes les professions « dans lesquelles une personne attend du professionnel un mieux-être ou la perspective d’un mieux-être physique, moral, matériel ou social ». C’est ainsi que les « candidats à l’épuisement » sont en premier lieu les médecins, les pharmaciens et les infirmiers. À leurs contraintes professionnelles s’ajoute un environnement de travail néfaste ou, du moins, ne leur permettant pas de s’épanouir, de se ménager ou de se reposer. Pour ceux qui ont pu le faire, changer de profession a été une alternative. Mais pour les autres, les conséquences se sont avérées désastreuses : répercussions familiales, maladies dues au stress, dévalorisation de soi, perception négative du travail et perte de son sens. D’autres conséquences, d’ordre organisationnel, touchant directement l’entreprise, se manifestent par un désinvestissement, un absentéisme, une baisse des activités communes, un accroissement des conflits interpersonnels, une baisse de la qualité des soins et du travail en général. C’est ainsi que l’on passe d’un burn-out individuel à un burn-out institutionnel ! Dans le contexte marocain, les exemples ne manquent pas. Laxisme, médiocrité des prestations sanitaires, manque d’optimisation des ressources disponibles, absence de coordination entre acteurs de santé… les lacunes de notre système de santé sont malheureusement innombrables. Souvent à tort, elles sont reliées à des causes techniques et/ou logistiques. Ce qui est un peu normal, sachant qu’on est encore loin de placer la composante humaine au centre de toute tentative de réforme de ce secteur clé !

Copyright © 2024 Doctinews.

All rights reserved.