Aliments « sains et salubres »

Une denrée de plus en plus rare

Après la maladie de la vache folle, la fièvre aphteuse, les grippes aviaire et porcine, les épidémies de typhoïde, de choléra, d’hépatites virales épidémiques…

Ismail berrada

Directeur de publication et de la rédaction

Doctinews N°34 Juin 2011

 

Ont tout récemment été pointés du doigt les parabènes, leur toxicité et leurs effets cancérigènes.
Cette succession d’épidémies et de menaces sanitaires a souvent eu des conséquences dévastatrices. Frappant durement la confiance du consommateur partout dans le monde, ces crises mettent de plus en plus en avant l’importance de la sécurité sanitaire des aliments et de l’eau.
Au Maroc, sommes-nous tous suffisamment informés et conscients de la nécessité d’une surveillance régulière des procédures appliquées à ces aliments le long de leur cycle de vie? Les consommateurs ont-ils toujours conscience des avantages de ces procédures ? Les professionnels ne les jugent-ils pas parfois trop contraignantes ?

 

 Des efforts doivent être consentis pour que la politique fondée sur la réglemention actuellement en vigueur devienne plus habilitante.

Au vu du nombre d’intoxications alimentaires enregistrées annuellement dans notre pays, il faut se rendre à l’évidence ! Selon le Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc, 6.000 Marocains auraient été victimes d’intoxications alimentaires en 2010. Et en l’absence de déclarations systématiques des cas, ces chiffres sont bien évidemment loin de refléter la réalité !
Renforcer davantage chaque maillon du processus complexe de la filière alimentaire devient donc indispensable, en particulier durant la période estivale connue pour la recrudescence de ce genre d’incidents.
Aussi, des efforts doivent-ils être consentis pour que la politique fondée sur la réglemention actuellement en vigueur devienne plus habilitante. Conformément aux normes imposées par les organismes internationaux de référence dans ce domaine, il importe également de mettre en place des systèmes et des programmes de contrôle drastiques tout le long de la chaîne alimentaire aux niveaux local et national.
Il est clair que la responsabilité d’un aliment sain incombe aussi à ceux qui le produisent, le transforment et le commercialisent, en l’occurrence les agriculteurs, les pêcheurs, le personnel des abattoirs, les transformateurs, les transporteurs, les distributeurs (aussi bien grossistes que détaillants). Les consommateurs ne sont pas non plus en reste dans ces démarches. N’oublions pas qu’il suffit d’un seul maillon défaillant pour que soit compromis l’ensemble des dispositifs énumérés.
Le niveau de protection des denrées alimentaires passe aussi par leur traçabilité, cette capacité de les suivre au cours de leur cycle de production, de transformation et de distribution. Tout en aidant les autorités à maîtriser les menaces induites par les maladies animales ou par celles des aliments contaminés, une telle mesure contribue également à identifier rapidement la source et la destination des produits en cause.
Au final, le but d’une approche axée sur la chaîne alimentaire consiste à renforcer la transparence de la filière afin de prévenir, plutôt que d’être contraint de faire face aux problèmes engendrés par la survenue de crises alimentaires nationales.

Dans la même rubrique

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19, UN DÉFI D’ENVERGURE

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19, UN DÉFI D’ENVERGURE

CETTE CAMPAGNE A DONNÉ SES FRUITS PUISQUE LE NOMBRE DE PERSONNES VACCINÉES NE CESSE DE CROÎTRE

La campagne de vaccination contre la Covid-1...

Lire la suite

MALADIE D'ALZHEIMER

MALADIE D'ALZHEIMER

LA MALADIE REPRÉSENTE PLUS DE 1% DU PIB MONDIAL !

La communauté internationale célébrera le 21 septembre prochain la Journée mondiale de ...

Lire la suite

CORONAVIRUS

CORONAVIRUS

 Au Maroc, la situation semble pour l’instant sous contrôle.  

 La peur suscitée par le coronavirus vire peu à peu à la psychose. Les...

Lire la suite

PÉNURIE

PÉNURIE

 LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SONT CONCENTRÉS À CASABLANCA

La carte sanitaire élaborée par le ministère de la Santé montre une grande p...

Lire la suite

TABAGISME

TABAGISME

CE FLÉAU CAUSE CHAQUE ANNÉE LE DÉCÈS DE 8 MILLIONS DE PERSONNES

Fondation Lalla Salma-prévention et traitement des cancers, la prévalenc...

Lire la suite

DÉMENCE

DÉMENCE

 LE NOMBRE DE CAS DE DÉMENCE VA DOUBLER D'ICI 2050

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de personnes atteintes de d...

Lire la suite

Copyright © 2021 Doctinews.

All rights reserved.