L’amour et l’affection

Vecteurs de bonne santé !

Les amis et les proches éloigneraient les blouses blanches.

Ismail berrada

Directeur de publication et de la rédaction

Doctinews N°35 Juillet 2011

 

L'interprétation peut paraître simpliste. Mais elle tend de plus en plus à devenir le leitmotiv de réflexions érigées, ailleurs, en priorité sanitaire.
Soumises au rythme accéléré du changement qui caractérise notre époque, les sociétés modernes connaissent en permanence des transformations profondes dans leur système de valeurs et de comportements interhumains. L’évaluation de l’impact médical et sanitaire de ces transformations structurelles s’est imposée de toute évidence.

 

 Désormais, un certain nombre d’indicateurs de santé doit être associé au réseau affectif familial et social de l’individu.Voilà une raison de plus pour se retrouver régulièrement en famille, autour d’un bon thé à la menthe, ou de se passer mutuellement la bague au doigt !

C’est ainsi que de nombreuses recherches ont été initiées pour analyser le lien existant entre les relations sociales et la santé. Toutes sont quasiment arrivées à la conclusion suivante : les amis, la famille, les voisins ou les collègues peuvent avoir une (heureuse) influence sur notre santé.
Dans ce contexte, le réseau familial et social de l’individu est désormais associé à un certain nombre d’indicateurs de santé, notamment la mortalité, la survenue de maladies cardiovasculaires, l’incidence de troubles psychiatriques, voire l’espérance de vie.
Pour expliquer ces faits, les chercheurs affirment que les personnes qui disposent d’une famille aimante et d’amis ont généralement un style de vie plus sain, apportant des bénéfices corollaires importants. Ils avancent également que les relations sociales leur permettent de faire face aux conséquences des évènements de la vie en les protégeant indirectement.
Toutefois, c’est la qualité de la relation qui exerce une influence sur la santé. S’il est vrai, par exemple, qu’une personne mariée est généralement en meilleure santé qu’une personne célibataire, le mariage n’est pas nécessairement un état plus sain que le célibat. Une personne malheureuse en ménage sera en moins bonne santé qu’une personne heureuse en ménage ou qu’une autre… divorcée.
Toutes ces notions devraient nous inciter à redonner à nos références culturelles et identitaires leurs lettres de noblesse. Mais parallèlement, elles devraient aussi expliquer en partie pourquoi il est essentiel, dans notre pays, que la recherche en matière de relations sociales soit liée à la santé publique et que praticiens et professionnels de la santé gagneraient à être sensibilisés au rôle des soutiens sociaux et du réseau social dont bénéficient les patients.

 

Dans la même rubrique

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19, UN DÉFI D’ENVERGURE

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19, UN DÉFI D’ENVERGURE

CETTE CAMPAGNE A DONNÉ SES FRUITS PUISQUE LE NOMBRE DE PERSONNES VACCINÉES NE CESSE DE CROÎTRE

La campagne de vaccination contre la Covid-1...

Lire la suite

MALADIE D'ALZHEIMER

MALADIE D'ALZHEIMER

LA MALADIE REPRÉSENTE PLUS DE 1% DU PIB MONDIAL !

La communauté internationale célébrera le 21 septembre prochain la Journée mondiale de ...

Lire la suite

CORONAVIRUS

CORONAVIRUS

 Au Maroc, la situation semble pour l’instant sous contrôle.  

 La peur suscitée par le coronavirus vire peu à peu à la psychose. Les...

Lire la suite

PÉNURIE

PÉNURIE

 LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SONT CONCENTRÉS À CASABLANCA

La carte sanitaire élaborée par le ministère de la Santé montre une grande p...

Lire la suite

TABAGISME

TABAGISME

CE FLÉAU CAUSE CHAQUE ANNÉE LE DÉCÈS DE 8 MILLIONS DE PERSONNES

Fondation Lalla Salma-prévention et traitement des cancers, la prévalenc...

Lire la suite

DÉMENCE

DÉMENCE

 LE NOMBRE DE CAS DE DÉMENCE VA DOUBLER D'ICI 2050

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de personnes atteintes de d...

Lire la suite

Copyright © 2021 Doctinews.

All rights reserved.