Politique nationale de communication

Quelle démocratie sanitaire ?

Notre médecine actuelle semble performante, mais l’est-elle pour tous ? Certainement pas pour les observateurs! Le ton polémique qui ressort de l’expression « médecine à deux vitesses » traduit fidèlement la problématique de l’accès aux traitements sophistiqués quasi exclusivement réservé, dans notre pays, aux plus nantis.

Ismail berrada

Directeur de publication et de la rédaction

Doctinews N°36 Août/Septembre 2011

 

Mais à mon sens, la disparité de conscientisation vis-à-vis des maladies est un fait encore plus grave. Dans cette perception négligée qui touche même les pathologies qui posent un réel problème de santé publique,  tous -pouvoirs publics, professionnels de la santé et malades- sont impliqués.
Afin de rendre plus clair mon propos, l’expérience relative au Sida peut servir d’exemple. En effet, depuis son apparition, dans les années quatre-vingt, cette maladie a réussi à instaurer une nouvelle vision du rapport à la santé et à la maladie. En imposant la reconnaissance de leur droit de vivre avec leur maladie et d’améliorer leur qualité de vie, les patients atteints du VIH ont bouleversé les modalités d’accès, tant aux soins et thérapies qu’au développement des moyens de sensibilisation. Ils ont même incité à une responsabilisation des usagers de la santé, privilégiant la figure du  malade expert et autonome. Cette responsabilisation partagée dans l’information, la prévention, l’annonce et le suivi de la personne malade ont permis l’élaboration de politiques de santé constamment actualisées et améliorées.

 

 La disparité de conscientisation vis à vis des maladies, même celles qui posent un problème de santé publique, est un fait grave.

Ces exploits restent, certes, l’œuvre d’ONG engagées à fond dans la défense des droits des patients. Mais l’Etat, quoique lentement, mais sûrement, n’a pas non plus failli à son devoir d’appui et de soutien.
Dès lors, quelle démarche adopter pour compenser les déficiences constatées dans le renforcement de la notoriété des maladies graves et chroniques, en particulier, souvent méconnues de la population ? Comment permettre un meilleur accès à la prévention et au suivi médical, particulièrement en situation de précarité sociale, alors que les mesures prises pour corriger ces comportements médicaux-sanitaires restent encore très rares?
Voici quelques questions qui devraient interpeller l’idéal de démocratie sanitaire au Maroc, qui stipule qu’il faut développer d’abord la prévention par l’information et la sensibilisation pour garantir, ensuite, à chaque personne, un accès égal aux soins de santé de qualité.
Eu égard aux multiples paradoxes soulevés, l’exigence de santé relevant d’une urgence incontestable pour toutes les maladies -qui doivent être traitées sur le même pied d’égalité-, il convient d’admettre que nos politiques de santé publique doivent être reconsidérées.
Cette exigence doit être appréhendée dans une perspective à la fois régionale, nationale et internationale, susceptible de constamment privilégier, dans ses principes, les plus vulnérables d’entre nous.

Bonnes vacances à toutes et à tous !

Dans la même rubrique

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19, UN DÉFI D’ENVERGURE

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19, UN DÉFI D’ENVERGURE

CETTE CAMPAGNE A DONNÉ SES FRUITS PUISQUE LE NOMBRE DE PERSONNES VACCINÉES NE CESSE DE CROÎTRE

La campagne de vaccination contre la Covid-1...

Lire la suite

MALADIE D'ALZHEIMER

MALADIE D'ALZHEIMER

LA MALADIE REPRÉSENTE PLUS DE 1% DU PIB MONDIAL !

La communauté internationale célébrera le 21 septembre prochain la Journée mondiale de ...

Lire la suite

CORONAVIRUS

CORONAVIRUS

 Au Maroc, la situation semble pour l’instant sous contrôle.  

 La peur suscitée par le coronavirus vire peu à peu à la psychose. Les...

Lire la suite

PÉNURIE

PÉNURIE

 LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SONT CONCENTRÉS À CASABLANCA

La carte sanitaire élaborée par le ministère de la Santé montre une grande p...

Lire la suite

TABAGISME

TABAGISME

CE FLÉAU CAUSE CHAQUE ANNÉE LE DÉCÈS DE 8 MILLIONS DE PERSONNES

Fondation Lalla Salma-prévention et traitement des cancers, la prévalenc...

Lire la suite

DÉMENCE

DÉMENCE

 LE NOMBRE DE CAS DE DÉMENCE VA DOUBLER D'ICI 2050

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de personnes atteintes de d...

Lire la suite

Copyright © 2021 Doctinews.

All rights reserved.