Cancérologie au Maroc

A quand « un permis de soins de qualité »

Les « Irradiés d’Epinal », on sait des choses sur cette affaire, mais pas autant que ces plus de 5 500 personnes victimes d’une sur-irradiation au centre hospitalier Jean-Monnet, entre 1987 et 2006… le plus grave accident de radiothérapie recensé en France sème le doute !

Ismail berrada

Directeur de publication et de la rédaction

Doctinews N°54 Avril 2013

 

En matière de lutte contre le cancer au Maroc, les progrès sont certes énormes. Tout comme d’ailleurs les compétences et les performances de nos médecins spécialistes. Mais la bataille est encore loin d’être gagnée, sachant que toute autocritique n’a d’importance que si on la transforme en éléments positifs. Ainsi, comme pour la suspension de l’AMM de Diane 35, les mesures de précaution doivent être de mise. La recommandation de mener des études évaluatives de la qualité et de la sécurité des soins en cancérologie dans nos hôpitaux publics et cliniques privées serait tout à fait légitime. Il en serait de même pour la codification des pratiques de suivi médical des patients pendant et après les traitements anticancéreux.

il faudrait mener des études évaluatives de la qualité et de la sécurité des soins en cancérologie dans nos hôpitaux publics et cliniques privées.

En hissant le cancer au rang de priorité sanitaire nationale, les pouvoirs publics entendent assurer, partout au Maroc, une égalité d’accès aux soins. Mais il ne suffit pas uniquement de veiller à combler les lacunes en ressources humaines et matérielles, encore faut-il que la qualité et la sécurité des soins soient assurées de sorte que soient respectée la dignité de l’être humain dans ces moments les plus difficiles de sa faiblesse. Et c’est là, à mon sens, la condition sine qua non pour la réussite de toute stratégie nationale de lutte mise en place.
S’inscrivant dans cette optique, la qualité des pratiques dans les établissements sanitaires publics ou privés, ainsi que la pertinence des choix thérapeutiques, objet d’une concertation pluridisciplinaire, constituent quelques-uns des éléments les plus élémentaires d’une prise en charge plus personnalisée et plus humanisée. Traitement de la douleur, soutien psychologique, assistance sociale, ateliers de nutrition, soins esthétiques… sont autant de soins complémentaires aux traitements anticancéreux que les hôpitaux et les cliniques privées sont censés obligatoirement proposer aux malades.
De ce fait et pour pallier l’hétérogénéité des niveaux de performance des établissements sanitaires, les autorités sanitaires concernées sont vivement appelées à mettre en place une batterie d’indicateurs pour assurer des soins de qualité pour tous. D’où l’intérêt du « permis de soins de qualité » grâce auquel les structures sanitaires en charge des malades atteints de cancer seront autorisées à pratiquer des actes de cancérologie, conformément aux normes requises.
L’instauration de ce concept et l’évaluation permanente de la qualité des soins en cancérologie au niveau des hôpitaux publics et des cliniques privées pourraient représenter une révolution. En fait, ne dit-on pas que l’optimisme est la foi des changements !

Dans la même rubrique

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19, UN DÉFI D’ENVERGURE

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19, UN DÉFI D’ENVERGURE

CETTE CAMPAGNE A DONNÉ SES FRUITS PUISQUE LE NOMBRE DE PERSONNES VACCINÉES NE CESSE DE CROÎTRE

La campagne de vaccination contre la Covid-1...

Lire la suite

MALADIE D'ALZHEIMER

MALADIE D'ALZHEIMER

LA MALADIE REPRÉSENTE PLUS DE 1% DU PIB MONDIAL !

La communauté internationale célébrera le 21 septembre prochain la Journée mondiale de ...

Lire la suite

CORONAVIRUS

CORONAVIRUS

 Au Maroc, la situation semble pour l’instant sous contrôle.  

 La peur suscitée par le coronavirus vire peu à peu à la psychose. Les...

Lire la suite

PÉNURIE

PÉNURIE

 LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SONT CONCENTRÉS À CASABLANCA

La carte sanitaire élaborée par le ministère de la Santé montre une grande p...

Lire la suite

TABAGISME

TABAGISME

CE FLÉAU CAUSE CHAQUE ANNÉE LE DÉCÈS DE 8 MILLIONS DE PERSONNES

Fondation Lalla Salma-prévention et traitement des cancers, la prévalenc...

Lire la suite

DÉMENCE

DÉMENCE

 LE NOMBRE DE CAS DE DÉMENCE VA DOUBLER D'ICI 2050

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de personnes atteintes de d...

Lire la suite

Copyright © 2022 Doctinews.

All rights reserved.