Erreur médicale

La terreur du soigné serait-elle un calvaire pour le soignant ?

C’est un avis partagé tant par les prestataires que par les consommateurs de soins ! De nos jours, le médecin veut du rapide, du simple et du rentable. Il n’ est plus malheureusement cet humaniste bienveillant qui consacre sa vie à soulager ses semblables. Les propos peuvent fâcher ! Encore plus quand on parle de ce sujet tabou au Maroc, l’erreur médicale.

Ismail berrada

Directeur de publication et de la rédaction

Doctinews N°55 Mai 2013

 

« Heureusement, les exceptions existent toujours », dira l’autre. Mais il faut l’admettre. Les erreurs médicales sont de plus en plus fréquentes. Le laxisme et l’incompétence semblent l’emporter sur le professionnalisme.
Intolérables aux yeux de nous tous en effet, l’aléa médical renferme un double drame ! De manière évidente pour le malade, sa famille et ses proches. Tout comme le nombre de victimes, les séquelles sévères et définitives qu’il provoque restent toujours difficile à déterminer.

tous les professionnels sont appelés à se réunir et à ouvrir un réel dialogue sur le thème de l’erreur médicale.

Mais aussi pour le professionnel de santé consciencieux dont le soin est la vocation et qui voit les conséquences de son acte devenir l’inverse de ses intentions primaires ou de ses engagements déontologiques. Erreur de diagnostic ou de prescription, maladies nosocomiales, compresses oubliées lors d’une intervention, complications imprévues… S’il est vrai que le risque zéro n’existe pas dans l’organisation et/ou la coordination autour du parcours du patient, il n’en reste pas moins que la part des praticiens reste inestimable. Les causes de ce mauvais rendement du médecin sont diverses  : surcharge de travail, paresse intellectuelle et incompétence, complexe de supériorité, excès de mémorisation…
Les conséquences sont énormes. La sécurité des patients, la qualité des soins et la réputation des médecins sont ainsi mises en danger.
À coup sûr, le thème mérite une approche scientifique, dépassionnée et surtout transparente pour le bénéfice de tous les acteurs concernés  : professionnels de la santé, patients, juristes, industriels, institutions.
Tous sont vivement appelés à se réunir et à ouvrir un réel dialogue sur cette problématique.
Les axes prioritaires d’amélioration à discuter seraient la mise en cohérence et la sécurisation du parcours des patients,  le partage de l’information sur les risques, la participation accrue des patients, et la maîtrise de l’innovation et du recyclage continu des compétences. 
Dans ce cadre, la création d’une commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge revêt toute son importance. Instaurée dans chaque établissement de santé, public ou privé, sa mission résiderait dans le respect des droits des usagers et la facilitation de leurs démarches dans ce sens. Comme ailleurs, une telle mesure ne manquera pas d’inscrire la relation patient/médecin dans un contexte évolutif marqué de besoins et d’aspirations. Un contexte dans lequel certains praticiens ne se boucheront plus les oreilles dès que le patient ouvre la bouche. Parce qu’il n’ est pas toujours sûr qu’ils savent tout, et mieux que le commun des mortels !

Dans la même rubrique

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19, UN DÉFI D’ENVERGURE

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19, UN DÉFI D’ENVERGURE

CETTE CAMPAGNE A DONNÉ SES FRUITS PUISQUE LE NOMBRE DE PERSONNES VACCINÉES NE CESSE DE CROÎTRE

La campagne de vaccination contre la Covid-1...

Lire la suite

MALADIE D'ALZHEIMER

MALADIE D'ALZHEIMER

LA MALADIE REPRÉSENTE PLUS DE 1% DU PIB MONDIAL !

La communauté internationale célébrera le 21 septembre prochain la Journée mondiale de ...

Lire la suite

CORONAVIRUS

CORONAVIRUS

 Au Maroc, la situation semble pour l’instant sous contrôle.  

 La peur suscitée par le coronavirus vire peu à peu à la psychose. Les...

Lire la suite

PÉNURIE

PÉNURIE

 LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SONT CONCENTRÉS À CASABLANCA

La carte sanitaire élaborée par le ministère de la Santé montre une grande p...

Lire la suite

TABAGISME

TABAGISME

CE FLÉAU CAUSE CHAQUE ANNÉE LE DÉCÈS DE 8 MILLIONS DE PERSONNES

Fondation Lalla Salma-prévention et traitement des cancers, la prévalenc...

Lire la suite

DÉMENCE

DÉMENCE

 LE NOMBRE DE CAS DE DÉMENCE VA DOUBLER D'ICI 2050

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de personnes atteintes de d...

Lire la suite

Copyright © 2022 Doctinews.

All rights reserved.