Santé mentale de l’enfant

Santé mentale de l’enfant 12 juin 2019

La place de la psychologie scolaire

Plus de cent ans après l’institutionnalisation de la psychologie scolaire et l’introduction des psychologues dans les écoles, l’expansion de cette spécialité n’a cessé de s’accroître à travers le monde au fil des années. Au Maroc, cette spécialité est encore inexistante dans le secteur public malgré le rôle non négligeable du psychologue scolaire dans la prise en charge de la santé mentale de l’enfant.

 


Doctinews N°121 Mai 2019

Par le Dr Ahmed EL MTILI

 Psychologue,Psychothérapeute


 La psychologie scolaire est née il y a plus d’un siècle. Le premier service officiel de Psychologie occupé par Cyril Burt en 1913 a été créé sous les auspices du London County Council. Cette institutionnalisation est le fruit de longues décennies d’efforts déployés par de nombreux pionniers principalement originaires de l’Amérique du Nord et de quelques pays d’Europe de l’Ouest, comme l’Angleterre, la Suisse, la France, la Belgique, etc. (1). Ce n’est que quelques décennies plus tard que d’autres pays se sont aperçus de l’utilité de recruter des psychologues scolaires au sein des établissements scolaires.

Qu’est-ce que la psychologie scolaire ?

Au Maroc, le terme de psychologie scolaire est très peu utilisé. Ceci est dû au fait que cette spécialité est encore inexistante en tant que telle, autant dans le cadre de la formation universitaire que comme profession, au moins dans les établissements scolaires de l’enseignement public. C’est surtout le terme de psychologie pédagogique qui est le plus usité. Comme son nom l’indique, la psychologie scolaire est entièrement dédiée au bien-être de l’enfant en situation scolaire : son adaptation aux exigences quotidiennes de la scolarité, son épanouissement personnel et social ainsi que la prévention et le traitement de différents types de difficultés ou troubles pouvant affecter son développement affectif et cognitif ou entraver sa réussite scolaire. Ainsi définie, cette spécialité relève de la psychologie appliquée et correspond à un corps de métier ayant un statut et un code déontologique régissant le mode d’exercice de la profession.

Vocation de la psychologie scolaire

La psychologie scolaire a comme première vocation d’oeuvrer dans le sens d’une intégration harmonieuse de l’enfant dans le milieu scolaire et de son épanouissement à la fois affectif, cognitif et social. Si, au départ, son souci portait surtout sur l’adaptation de l’écolier au système scolaire dans ses multiples composantes, elle s’est ensuite vue dans l’obligation d’adapter le système scolaire à l’enfant : ses aptitudes, ses désirs, ses besoins, ses centres d’intérêt, etc. Et ce d’autant plus qu’un nombre non négligeable de difficultés dont souffre l’enfant en situation scolaire peut être directement ou indirectement lié au système scolaire : ses règles, ses exigences, les programmes scolaires ou les méthodes déployées, le rythme imposé... Il existe aussi des maladresses provenant du corps enseignant et administratif qui peuvent grandement affecter le bien-être psychique de l’enfant et le précipiter dans les malheurs les plus profonds.

Missions du psychologue scolaire

Classiquement, plusieurs missions incombent au psychologue scolaire au sein d’un établissement scolaire.

Examen clinique

Cet examen consiste en la passation systématique d’une batterie de tests visant à observer les multiples facettes de l’efficience affective, cognitive ou conative de la personnalité de l’enfant tout au long de son parcours scolaire. Le psychologue scolaire peut intervenir à la demande d’un enseignant suite aux résultats obtenus aux examens scolaires ou en cas de suspicion de présence d’un déficit ou d’un trouble pouvant occasionner une inadaptation scolaire. D’autres fois, un examen psychologique peut être décidé en réponse aux inquiétudes des parents afin de s’assurer du bon développement de l’enfant et les rassurer sur son bien-être.

Consultation psychologique

Comme l’enfant n’exprime que rarement la demande de voir un psychologue, c’est surtout les parents qui peuvent être porteurs d’une plainte et en assument la charge. Si les craintes liées aux difficultés ou troubles d’apprentissages occupent souvent le devant de la scène, il n’en demeure pas moins qu’elles cachent assurément un malaise plus ou moins profond de l’enfant, quand ce n’est pas le malaise du couple parental tout entier. Au lycée, par contre, les adolescents sont à même de formuler une plainte à coloration émotionnelle, affective ou cognitive comme le manque de concentration, les difficultés d’apprentissage dans certaines disciplines… Quant à l’enseignant, son recours aux services du psychologue scolaire peut être lié à des motifs aussi divers que ceux des parents ou des élèves eux-mêmes. Son signalement des anomalies ou des situations d’urgence est toujours d’une grande utilité dans la prévention des risques de toutes sortes : démotivation, addiction, comportements délictuels, abus sexuels, etc.

Suivi psychopédagogique

A l’issue des résultats d’un examen psychologique ou d’une consultation avec l’enfant, sa famille ou les enseignants, un suivi psychopédagogique peut être proposé. La règle générale est que les problèmes issus directement de l’entourage scolaire, comme les méthodes pédagogiques inappropriées, les classes surchargées, la violence et les maltraitances en milieu scolaire, peuvent être traités au sein de l’établissement scolaire par des interventions visant à atténuer le comportement signalé ou à le faire disparaitre. Il en va autrement des troubles spécifiques (c’est le cas des organisations névrotiques ou des troubles d’apprentissages comme la dyslexie) qui demandent à être traités dans des structures de soin psychologique ou pédagogique spécialisées. Il en est de même des enfants à besoins spécifiques ou en situation de handicap qui, tout en étant inclus dans les classes de l’enseignement général, peuvent bénéficier en parallèle d’une aide adaptée.

Elaboration des projets pédagogiques

La participation du psychologue scolaire à l’organisation et au fonctionnement de l’établissement scolaire l’amène à mettre en oeuvre des projets pédagogiques en concertation étroite avec le corps enseignant et administratif ou même avec les parents d’élève. Qu’ils soient de nature collectifs, comme le projet d’établissement ou le projet de classe, ou individuels, surtout le projet personnel ou professionnel, les projets pédagogiques ont pour effet de fédérer les membres d’un établissement autour des objectifs à atteindre et de catalyser ainsi les potentialités de l’enfant. En cela, ils ont une visée maturative permettant à l’enfant de développer ses capacités relationnelles, de stimuler son imagination, sa créativité et de susciter d’autres opérations mentales comme le raisonnement inductif et déductif, etc.

Au service de la santé mentale de l’enfant

Définie comme étant le sentiment du bien-être psychique, émotionnel et cognitif, la santé mentale ne se réduit donc pas uniquement à l’absence d’un trouble mental quelconque. Il va sans dire que les missions dévolues au psychologue scolaire concourent directement ou indirectement à la santé mentale de l’enfant en situation scolaire et ce à des degrés divers. En effet, l’examen clinique et la consultation psychologique permettent, par définition, le dépistage de différents types de difficultés, problèmes, troubles, déficits, handicaps ou organisations pathologiques. Ce premier abord débouchera ensuite sur une prise en charge de l’enfant à travers les structures pédagogiques, psychologiques ou psychiatriques les plus adaptées. Il faut dire que l’absence du psychologue scolaire de la scène scolaire au Maroc laisse en suspens cette démarche de dépistage et laisse le champ libre à toutes sortes d’appréciation et d’action de la part des enseignants ou des chefs d’établissements scolaires. Par conséquent, aucun suivi psychologique des enfants en difficulté ne pourrait être assuré en dehors de quelques initiatives prises au gré des événements. Les parents restent, de ce fait, la seule voie possible, mais incertaine, d’une prise de conscience relative à la souffrance psychique de leurs enfants. C’est là une charge de plus qui incombe aux familles et contribue au désarroi d’un nombre grandissant de parents. Il est donc temps de mettre en place des services adaptés dans le contexte actuel d’une réforme en profondeur souhaitée du système scolaire. Il y va du bien-être de l’enfant et de sa santé mentale tout au long de son parcours scolaire.

Dans la même rubrique

INSAF

INSAF

 20 ANS AU CHEVET DES MÈRES CÉLIBATAIRES

Fondé en 1999, l’Institut national de solidarité avec les femmes en détresse (INSAF) est une ...

Lire la suite

Enfants de la lune

Enfants de la lune

AMÉLIORER LEUR SORT

Créée par des parents et amis d’enfants atteints de Xeroderma Pigmentosum, l’Association de solidarité avec les en...

Lire la suite

Gériatre et personnes âgées au Maroc

Gériatre et personnes âgées au Maroc

 Quelle place dans le système de soins ?

La gériatrie a pour objet la prise en charge globale destinée à ma...

Lire la suite

Santé mentale de l’enfant

Santé mentale de l’enfant

La place de la psychologie scolaire

Plus de cent ans après l’institutionnalisation de la psychologie scolaire et l’introduction des psychol...

Lire la suite

Prix des médicaments

Prix des médicaments

L'ÉTUDE DU CRPOS

Le Conseil régional des pharmaciens d’officine du Sud vient de commenter les résultats d’une étude réalisée par la ...

Lire la suite

APIRR

APIRR

 Une association jeune et dynamique

Créée en 2000, l’Association des pharmaciens internes et résidents de Rabat (APIRR) est une organisa...

Lire la suite

Copyright © 2019 Doctinews.

All rights reserved.